WTA clijsters kim 042010
Kim Clijsters. | AFP-STOCKMAN

Clijsters, jamais deux sans trois

Publié le , modifié le

Kim Clijsters est revenu de loin. Au bord du gouffre lors de la deuxième manche, la Belge s'est finalement imposée en trois sets face à Sharapova (2-6, 7-6, 6-2), bien aidée par la pluie. Clijsters signe là son troisième sacre de la saison après avoir empoché les titres à Brisbane et Miami. "Je suis vraiment heureuse d'avoir gagné", a-t-elle indiqué.

Au vu de la physionomie du match, elle se présente comme une graciée du ciel. Dans le dur et malmenée par la Russe Maria Sharapova, Kim Clijsters allait laisser filer la victoire à son adversaire lorsqu'un événement fortuit fit son apparition: la pluie. Après un premier set parfaitement mené (aucun break concédé, 69% de points remportés sur deuxième balle adverse), Sharapova se procurait trois balles de match dans la deuxième manche. La victoire était donc promise à la Russe lorsque de grosses gouttes de pluie faisaient leur apparition sur le court, obligeant l'arbitre à interrompre la partie. "J'étais à deux doigts de perdre. Et puis, ce nuage noir est arrivé…", reconnaît Clijsters.

La volte-face Clijsters

Au retour des vestiaires, la Flamande présentait un tout autre visage, plus conquérant. Sharapova se faisait breaker. Et ses problèmes récurrents au service, toujours présent depuis son opération à l'épaule droite, allait encore la desservir. Sur deux doubles fautes, la Russe perd le deuxième set, décisif et marquant le tournant de la rencontre. Concentrée et bien en jambes, Clijsters poussait à la faute son adversaire pour finalement empocher le dernier acte (6-2). "Durant l'interruption, j'ai regroupé mes forces et je me suis reconcentrée. Quand nous sommes revenues sur le court, je me suis montrée très agressive et le match a tourné en ma faveur. Je suis vraiment heureuse d'avoir gagné", a lâché Clijsters à l'issue de la partie. Sur les surfaces dures de Cincinnati, la Belge vainqueur de l'US Open 2009 a soulevé son troisième trophée de la saison, après celui de Brisbane et de Miami. Et devient, pour l'occasion, la seule joueuse à avoir réalisé une telle performance cette saison.

Par Rayan Ouamara