Marin Cilic - Open 13 Marseille
Le Croate Marin Cilic | AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Cilic sauve trois balles de match et gagne

Publié le , modifié le

Le Croate Marin Cilic, tête de série N.1, s'est qualifié jeudi pour les quarts de finale du tournoi ATP de Memphis (indoor, dur) en sauvant trois balles de match alors que l'Américain Sam Querrey (N.4) a été éliminé et que l'Allemand Tommy Haas a déclaré forfait.

Cilic s'est imposé 7-6 (7/2), 3-6, 7-6 (9/7) en 2h37 face au Néerlandais  Igor Sijsling, 71e mondial. Après une intense bataille, il a eu la lucidité  pour effacer trois balles de match dans le jeu décisif du dernier set. Le Croate, classé 12e mondial, affrontera le Japonais Kei Nishikori (N.5),  facile vainqueur de l'Américain Donald Young en 66 minutes, pour une place en  demi-finale contre la vainqueur du quart de finale entre l'Australien Marinko  Matesovic, tombeur de Querrey, et l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov (N.7).

Cilic n'a plus à s'inquiéter de la présence dans le tableau de quatre des  cinq têtes de série les plus importantes après lui: l'Américain John Isner  (N.3) et le Canadien Milos Raonic (N.2) ont en effet été sortis mardi et  mercredi dès le 1er tour tandis que Querrey (N.4) et l'Allemand Tommy Haas  (N.6), récent finaliste à San Jose (dur), n'ont pas passé le 2e tour jeudi. Querrey est tombé face à Matesovic, 53e mondial, après avoir pourtant gagné  le premier set alors que Haas, peut-être fatigué après ses efforts à San Jose,  a été contraint au forfait avant son match face à l'Espagnol Feliciano Lopez en  raison de "problèmes respiratoires", selon les organisateurs.

Grâce à son parcours en Californie la semaine dernière, l'Allemand de 34  ans avait retrouvé le Top 20 mondial (18e) pour la première fois depuis près de  trois ans et se faisait un plaisir de retrouver Memphis, tournoi qu'il a  remporté trois fois dont en 1999 pour son premier titre ATP en carrière. C'est donc Lopez qui a rendez-vous avec l'Américain Jack Sock pour une  place en demi-finale, face l'Américain Michael Russell ou à l'Ouzbek Denis  Istomin.

AFP