Benneteau
Julien Benneteau | AFP-Medina

Benneteau fait honneur à sa wild-card

Publié le , modifié le

Julien Benneteau s'est qualifié pour le deuxième tour du Masters 1000 de Bercy en venant à bout du Canadien Milos Raonic 6-7 (5), 7-6 (5), 6-4 après 2h25 minutes de match. Pour sa troisième participation au Masters 1000 parisien, le Bressan confirme qu'il s'y sent bien. Au prochain tour, il retrouvera l'Américain Andy Roddick, tête de série N.13 et exempt de premier tour.

Sur le papier, on ne donnait pas forcément cher de sa peau. Opposé au 29e joueur mondial, Benneteau a une nouvelle fois démontré qu'il était capable de hausser son niveau de jeu dans l'enceinte du Palais Omnisports de Paris-Bercy. Huitième de finaliste lors de ses deux premières participations en 2006 et 2009, Benneteau est surtout connu pour avoir sorti Monsieur Roger Federer deux ans plus tôt. Bientôt trentenaire, 'Bennet' a depuis connu une blessure au poignet gauche qui l'a repoussé à la 113e place mondiale. Depuis cet été, et un quart de finale à Gstaad, puis une finale à Winston-Salem, le joueur entraîné par Loïc Courteau a repris confiance en lui.

"Il y a six ou sept mois, j'aurais perdu", a expliqué Benneteau. "Je savais que cela allait être dur (face à Raonic). En salle, il est redoutable. Il a un service redoutable, mais pas seulement", a indiqué le Français qui s'est dit "impressionné" par le coup droit du Canadien.

"J'ai donné mon maximum pour les remercier"

Aujourd'hui à la porte du Top 50 (54e), Benneteau a su répondre présent à la main tendue par l'organisation du tournoi parisien. "Je suis content de cette victoire. C'est une belle victoire", a indiqué le Bressan. J'étais content de recevoir cette wild card et j'ai donné mon maximum pour les remercier", a ajouté le joueur de 29 ans.

Accroché dans le premier set, par le très gros serveur Milos Raonic, Benneteau n'a rien lâché. Encouragé par Guy Forget, présent en tribune, le Français a pu renverser la tendance à force de pugnacité. "Je suis resté concentré jusqu'au bout, et c'est ma régularité qui a été la clé pour remporter ce match", a estimé 'Bennet', très détendu devant les journalistes.

Malgré les aces qui s'enchaînaient pour le joueur d'origine monténégrine (22 aces contre 11), Benneteau a donc fini par prendre le dessus après 2 heures et 25 minutes. Mais l'aventure risque de se compliquer sérieusement au prochain tour, face à un joueur au profil similaire, Andy Roddick (N.13).

Egalement gros serveur, Roddick "a aussi un gros coup droit percutant", comme le définit Benneteau. "Il faudra bien retourner, aller de l'avant pour le faire douter, ou faire le dos rond", a-t-il expliqué. L'Américain se présentera avec un grand capital confiance face au Français contre qui il s'est imposé à quatre reprises (sur cinq matchs), la dernière datant de septembre dernier, lors du troisième tour de l'US Open.

Romain Bonte