Le point rageur de Marion Bartoli
Le point rageur de Marion Bartoli | MICHAEL REGAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Bartoli veut la "bagarre"

Publié le , modifié le

La N.1 Française Marion Bartoli défie la N.1 mondiale Victoria Azarenka, mercredi en quart de finale du tournoi WTA de Miami, avec la ferme intention de faire de ce match "une bagarre". La Bélarusse est invaincue en 2012, avec 26 victoires et 4 titres WTA (Sydney, Open d'Australie, Doha, Indian Wells). A l'inverse, la N.7 mondiale -son meilleur classement en carrière- n'a pas encore gagné cette saison contre une fille du Top 20, en quatre tentatives.

Que retenez-vous de votre dernier match contre Azarenka, en quart de finale à Sydney en janvier ?
"C'était vraiment un gros match. On a joué, je crois, pendant 02h45 pour seulement deux sets. C'était une grosse, grosse bagarre. Je menais dans les deux sets mais j'ai fini par les perdre, ça s'était joué à rien. Je pense que si j'arrive à aborder le match bien détendue et relâchée, j'ai la vitesse de balle et le jeu pour la gêner et faire en sorte que ce match soit une bagarre. Si j'arrive crispée ou en-dedans, je pense que je vais me faire marcher dessus car elle est en confiance."

Quelle stratégie adopter contre une fille qui a le vent en poupe ?
"Je la connaîs très bien, je connaîs bien ses plans de jeu. Je l'ai assez étudiée. Quand j'avais gagnée contre elle à Eastbourne (en juin 2011), je l'avais jouée en tapant fort tout de suite, ça l'avait beaucoup gênée. En fait, il n'y a pas de secret: ou vous la laissez jouer et elle prend le jeu à son compte et là, honnêtement, c'est un rouleau-compresseur, ou vous arrivez à mettre de la vitesse dans votre balle et à la contrer et là il peut y avoir bagarre. La clé sera donc ma capacité à réaccélérer sur sa vitesse de balle. Je ne peux pas me permettre de jouer défensif."

Y-a-t-il un surcroît de motivation à être la première à la faire
tomber ?
"Je sais d'expérience que si je rentre sur le court avec ces intentions, c'est certain que je vais me planter royalement. Ce n'est pas ça qui va me venir à l'esprit sur le terrain. Je vais rentrer avec la ferme intention de gagner mais peu importe sa série de victoires. Je dois porter mon attention sur moi, sur ma préparation, et pas sur ce qu'elle fait. Je sais que si je suis à mon meilleur niveau, j'ai les capacités de gagner ce match."

AFP