Tsonga - Masters Cup 2011
Jo-Wilfried Tsonga a une ambition : venir perturber le Big Four | AFP - GLYN KIRK

2012, l'année de Tsonga ?

Publié le , modifié le

Finaliste au Masters de Londres fin novembre, Jo-Wilfried Tsonga a joliment conclu l'année 2011, sans doute la plus accomplie de sa carrière. La saison 2012 débute à peine que les espoirs de voir le Manceau atteindre le Top 5 n'ont jamais été aussi importants. Si les blessures et les autres pointures du circuit ATP l'épargnent, Tsonga pourrait même pourquoi pas aller encore plus haut.

Cela fait 12 ans que le tennis français (chez les messieurs) n'a plus placé de joueur dans le top 5 mondial. Le dernier à avoir atteint ce classement, est Cédric Pioline, en mai 2000. Si depuis, les joueurs Français ont plutôt fait bonne figure, plaçant parfois jusqu'à trois joueurs dans le Top 10, aucun d'entre eux ne s'est retrouvé dans le gratin du tennis mondial. Gilles Simon a bien flirté avec le top 5 en atteignant le sixième rang en 2009, Gaël Monfils a même été classé 7e joueur mondial l'an passé, mais ces positions n'ont jamais trop, duré. En terme de régularité, seul Tsonga a répondu présent et semble en mesure de faire partie des joueurs incontournables de 2012, lui qui a déjà passé 73 semaines dans le top 10 de novembre 2008 à août 2010. Revenu de blessure, et évoluant sans coach attitré, Tsonga a franchi un nouveau cap en 2011. A Melbourne, là où il avait franchi un premier palier dans sa carrière avec une première finale du Grand Chelem (en 2008), le N.1 Français aura la possibilité d'intégrer ce fameux Top 5 que seuls cinq autres représentants tricolores ont atteint (Yannick Noah, Guy Forget, Sébastien Grosjean, Henri Leconte et Cédric Pioline). Pour y parvenir, il faudra que Tsonga fasse un meilleur résultat que David Ferrer, ce qui ne sera pas une mince affaire, l'actuel N.5 mondial ayant dominé le Français lors du récent tournoi d'exhibition d'Abou Dabi. Si son corps lui permet, Tsonga devrait pouvoir réaliser de nouveau une saison pleine, et pourquoi pas décrocher enfin un titre du Grand Chelem.

Djoko tiendra-t-il la cadence ?

Malheureusement, la concurrence ne vient pas trop de ses compatriotes. Gaël Monfils cherche toujours la meilleure solution pour son style de jeu, Gilles Simon tarde à réaliser le coup d'éclat qui lui permettrait d'entrer dans une nouvelle dimension et Richard Gasquet enchaîne les pépins, avec cette fois une récente blessure au coude. La concurrence pour Tsonga vient davantage de Serbie, d'Espagne, de Suisse et de Grande-Bretagne... Mais là encore, les questions demeurent, au premier rang desquelles celle concernant la place de N.1. Novak Djokovic saura-t-il garder le rythme effréné de 2011 avec un total de 70 succès en 76 rencontres. Quasiment intouchable la saison dernière, avec 10 tournois empochés, le Serbe a connu une fin de saison plus éprouvante. Mais il a pris un gros ascendant psychologique sur celui que l'on pensait imperturbable, à savoir Rafael Nadal. Ce dernier saura-t-il rebondir après ses six finales perdues face à "Nole" ? Son épaule va-t-elle lui permettre de retrouver son fauteuil de N.1 ? Troisième larron à lorgner sur cette place de N.1, Monsieur Roger Federer. Le Suisse aura d'autant plus d'appétit cette année qu'il n'a pas empoché le moindre titre du Grand Chelem la saison passée, ce qui ne lui était pas arrivé depuis neuf ans ! Faute d'un titre du Grand Chelem, le meilleur joueur de tous les temps espère au moins décrocher l'or olympique qui lui tient tant à coeur. Enfin, Andy Murray que toute la Grande-Bretagne encense, quitte à lui mettre un peu trop de pression, sera-t-il en mesure de décrocher son premier joyau en Grand Chelem ? L'Open d'Australie débutant mi-janvier, certains éléments de réponses devraient être apportés...

Romain Bonte