ATP Bercy : Les 5 matchs à suivre

Publié le , modifié le

Auteur·e : Guillaume Poisson
Richard Gasquet affrontera Denis Shapovalov dans le choc du premier tour

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'ultime Masters 1000 de l'année débute ce lundi 29. Le tableau, plus relevé que ces dernières années, réserve quelques chocs en perspective. Tour d'horizon des rencontres qui nous font saliver.

Richard Gasquet - Denis Shapovalov (1er tour) 

13 ans d'écart. L'aîné sera là pour défier le temps, le benjamin pour confirmer les espoirs placés en lui. Ces matchs opposant deux générations ont souvent lieu sur le circuit, mais celui-ci aura un parfum particulier. Ce sera la première rencontre entre Richard Gasquet, 32 ans, et Denis Shapovalov, 19 ans, deux hommes dont le jeu relève presque autant de l'esthétisme que de la performance. Nous aurons là deux des plus beaux revers du tableau, face-à-face : frappés à une main, chez Gasquet tout en variation et en toucher, chez Shapovalov en toucher et en puissance. La ressemblance s'arrête là. Shapovalov pratique l'attaque à outrance, là où le Français adopte souvent un style de jeu défensif, voire attentiste dans ses plus mauvais jours. Le match n'en demeure pas moins attrayant.

L'opposition de style (attaque-défense) plongée dans un cocktail de talent et de fantaisie donnera, à coup sûr, de quoi satisfaire les gourmands de tennis champagne. 

Roger Federer - Jo-Wilfried Tsonga (2ème tour)

C'est la plus incertaine des rencontres. L'un revient d'une blessure, l'autre n'a plus joué à Paris depuis 2015 et a dit qu'il confirmerait dans les prochaines heures s'il participait ou non. Il n'empêche, ce match fait saliver. Par son côté nostalgique d'abord : des Federer-Tsonga mémorables ont émaillé la dernière décennie tennistique, entre leur marathon de Wimbledon remporté par un Tsonga mené deux sets à zéro, leur duel électrique de Toronto 2009 où Tsonga était venu à bout d' un Federer pourtant très en jambes, ou encore la demi-finale de l'Open d'Australie 2010 où le Maître avait fait parler toute sa palette pour atomiser le Français.

Les Federer-Tsonga, ce sont aussi des  parenthèses dorées pour les spectateurs français qui voient évoluer deux de leurs chouchous. Avec une petit avantage pour le premier à l'applaudimètre généralement. 

 

Rafael Nadal - Fernando Verdasco (2ème tour)

Il y a quelques semaines, ce match n'aurait jamais pu figurer ici. Jusqu'à l'US Open Rafael Nadal restait, derrière Novak Djokovic, l'homme de 2018. C'est désormais moins vrai. Contraint à abandonner lors de sa demi-finale à New York par Juan-Martin Del Potro , il n'a, depuis, plus frappé la balle officiellement. Pour son tournoi de reprise, l'incertitude est donc de mise. De son côté Fernando Verdasco reste sur un formidable tournoi de Vienne où il ne perd que face au futur vainqueur Kevin Anderson en trois sets et en demi-finales. Avec en toile de fond, comme lors de chaque Nadal-Verdasco, leur chef d'oeuvre de l'Open d'Australie 2009. Ce match a tout du piège pour le Majorquain. 

Novak Djokovic - Stefanos Tsitsipas (1/8èmes de finale) 

Impossible de ne pas distinguer, dans le visage longiligne de Stefanos Tsitsipas, l'esquisse de l'après Big Four. Le Grec a réalisé une saison majeure pour son âge (19 ans) avec plusieurs victoires sur des membres du Top 10 et une finale à Toronto où, sur sa route, il écarte un certain Novak Djokovic. Depuis, ce dernier réalise une deuxième partie de saison parfaite. Il sera vraisemblablement numéro un mondial à la fin de l'année et semble reparti pour une nouvelle période de domination. Celui qui y mettra peut-être fin l'affrontera donc dès les huitièmes de finale à Bercy. Si le gagnant ne fait pas trop de doute, le duel en appelle d'autres dans les mois à venir  et vaut donc la peine qu'on s'y attarde. 

Kei Nishikori - Kevin Anderson (1/8èmes  de finale)

Ce n'est certes pas l'affiche la plus sexy qui soit. Dans les faits pourtant, il s'agit des deux joueurs les plus à même de faire tanguer les éternels favoris que sont Rafael Nadal, Novak Djokovic et Roger Federer. Kei Nishikori est sur la voie du retour, c'est indéniable. Il reste sur deux finales à Vienne et à Tokyo, un quart à Shanghaï et surtout une demi-finale à l'Us Open. Surtout, il est apparu extrêmement souverain la semaine dernière à Vienne, où il n'a perdu qu'un set sur sa route pour la finale face à Kevin Anderson. Ce dernier a donc remporté le tournoi, s'est qualifié pour les Masters de Londres, et s'est montré très solide sur l'ensemble de l'année 2018. Le Sud-africain est en train, mine de rien, de devenir une des valeurs sûres du Top 10 mondial depuis février dernier. Alors, Japon ou Afrique du Sud, qui des deux viendra jouer les trouble-fête à Paris? Réponse jeudi, si les deux joueurs remportent leur premier match.