Le come-back de Gilles Simon

Masters 1000 Paris : Après une année noire, Gilles Simon réalise un come-back inespéré

Publié le , modifié le

Gilles Simon a dominé le numéro un français Lucas Pouille (6-3, 6-4). Ce n'est pas vraiment une surprise : Gilles Simon est en pleine bourre, quand Lucas Pouille s'enfonce jour après jour dans une crise de confiance. A tel point que Yannick Noah pourrait envisager d'appeler Simon pour la finale de la Coupe Davis, le 23 novembre prochain.

Il y a un an à Bercy, Gilles Simon touchait le fond. Alors 90ème mondial, il bénéficiait d'une Wild Card pour intégrer le tableau principal et affronter Jérémy Chardy. Une aubaine, puisque Chardy n'était que 88ème. C'était l'occasion de passer un tour en Masters 1000 après une année 2017 qui l'aura vu sombré. Mais, une fois de plus, il n'y était pas arrivé. Son service, comme ces derniers mois, s'était complètement effondré. Détruit par Chardy en deux sets secs, 6-3 6-0. Certains le voyaient déjà effectuer sa tournée d'honneur en 2018. Tirer le rideau sur une carrière déjà bien remplie (12 titres) à 33 ans. Quoi de plus sage? 

Un jeu transformé

Même lieu, un an plus tard. Gilles Simon est 32ème mondial. Il a remporté deux titres (Metz, Pune)et vient d'accrocher Federer en trois sets en quarts de finale, chez lui, à Bâle. Surtout, sa mue est terminée. En automne dernier, il se sépare de l'ensemble de son staff et choisit de voyager seul. Depuis quelques années, le Niçois a entrepris une refondation en profondeur de son jeu. Ne plus se reposer exclusivement sur sa couverture de terrain, et se servir de son sens tactique pour raccourcir, dans la mesure du possible, les échanges. Il le sait, il ne deviendra jamais un Nicolas Mahut, se ruant sur le filet à la moindre occasion. Mais il peut au moins modifier sa position de retour sur seconde balle, et devenir beaucoup plus agressif sur son premier coup de raquette. La transition n'a pas été simple. 2017 l'a montré. Mais il peut aujourd'hui se targuer de l'avoir réussie : on l'a vu contre Lucas Pouille à Bercy, il montre désormais beaucoup plus souvent au filet, il se sert de son revers pour agresser ses adversaires et les empêcher de développer leur jeu. 

Candidat sérieux pour la Coupe Davis

Tous les ingrédients sont là pour en faire un bon joker en Coupe Davis. Voire plus. Yannick Noah l'a déjà montré dans un passé très récent, la hiérarchie au sein même de l'équipe de France n'est pas figée. Elle dépend avant tout de la forme du moment et de la surface choisie. Voire même de la qualité du jeu à l'entraînement pendant la semaine de Coupe Davis. Les titulaires des demi-finales (Pouille, Paire, Gasquet, Benneteau et Mahut) ne sont donc pas tous assurés d'être présents en finale. Et Gilles Simon a clairement sa carte à jouer. Depuis septembre, il a remporté le tournoi de Metz en battant notamment Richard Gasquet en deux sets (7-6 6-2) et en perdant qu'un set sur l'ensemble du tournoi. Il est ensuite allé en quarts à Anvers, et en quarts à Bâle donc, cédant face au Maestro suisse. 

La France jouera sa finale à Lille sur terre battue. La surface de prédilection de Gaël Monfils, de Benoît Paire, voire de Richard Gasquet, aurait-on tendance à dire. Sauf que Gilles Simon a en réalité beaucoup brillé sur ocre. Parmi ses 14 titres, cinq ont été glanés sur terre battue : trois à Bucarest, un à Casablanca et surtout un ATP 500 à Hambourg. Cette année, il est l'un des meilleurs éléments bleus sur terre battue : il atteint la finale du tournoi de Lyon où il perd face à Dominic Thiem (un des tout meilleurs terriens) en trois sets. Il atteint aussi les quarts en Maroc, et perd face à Kei Nishikori au 3ème tour de Roland-Garros. 

Au-delà de ses propres arguments, la forme des autres Français joue en sa faveur. Gaël Monfils, en feu ces dernières semaines, s'est dit fatigué et a annoncé la fin de sa saison. Lucas Pouille nage dans le doute depuis le début de l'année. Adrian Mannarino n'a plus son niveau de 2017, Jérémy Chardy n'y est plus en cette fin de saison, Tsonga et Humbert sont beaucoup trop loin dans le classement, et Mahut et Benneteau sont les spécialistes de double. Gilles Simon tient bien la route. De nouveau.