Andy Murray Amélie Mauresmo
Andy Murray et Amélie Mauresmo | ELLA LING / BACKPAGE IMAGES Ltd / DPPI media

Amélie Mauresmo a accouché

Publié le , modifié le

L'ancienne N.1 mondiale Amélie Mauresmo a mis au monde son premier enfant, a révélé à Montréal le Britannique Andy Murray qu'elle entraîne depuis 2014.

"Je veux remercier Amélie (Mauresmo), ma coach qui n'est pas avec nous et a  donné naissance à un bébé (dimanche) matin", a déclaré Murray lors de la  cérémonie protocolaire après sa victoire dans le Masters 1000 de Montréal. Lors de la traditionnelle conférence de presse, le N.2 mondial, vainqueur  en finale du Serbe Novak Djokovic (6-4, 4-6, 6-3), a précisé qu'il "n'avait pas  plus de détails". "Nous avons vu les photos (dimanche) matin en nous réveillant, je ne lui ai  pas encore parlé", a-t-il expliqué. "J'imagine qu'elle doit être fatiguée, je pense que le tennis et mes  résultats sont les dernières choses à laquelle elle doit penser, ce que je  comprends très bien. Je suis heureux qu'elle aille bien et que tout se soit  bien passé", a conclu Murray, qui va prochainement devenir papa.

Mauresmo, qui entraîne Murray depuis mai 2014, avait débuté son congé  maternité juste après Wimbledon. La Française, âgée de 36 ans, a mis un terme à sa carrière de joueuse  professionnelle en 2009 après avoir remporté deux titres du Grand Chelem,  l'Open d'Australie et Wimbledon, la même année en 2006. Elle est l'une des rares joueuses à avoir révélé son homosexualité  lorsqu'elle était en activité. Murray, conseillé par l'ancien joueur suédois Jonas Bjorman en l'absence de  Mauresmo, a par ailleurs indiqué que la Française ne reviendrait pas sur le  circuit d'ici la fin de la saison. "On a eu six mois pour organiser les choses, Jonas va être avec moi sur  tous les tournois d'ici la fin de l'année", a-t-il expliqué. "Quand Amélie sera prête, on discutera de l'avenir pour voir ce qu'elle  veut faire, si elle veut continuer ou si elle veut rester chez elle. C'est  vraiment elle qui décidera", a conclu le vainqueur de Wimbledon 2013.

AFP