Mandy Meloon
Jean Lopez avec sa soeur Diana. | BEHROUZ MEHRI / AFP

Agressions sexuelles : le taekwondo américain à son tour dans la tourmente

Publié le , modifié le

Quatre sportives ont porté plainte contre le Comité olympique américain (Usoc) et la Fédération américaine de taekwondo (USA TKD), accusés d'avoir couvert les agressions sexuelles dont elles étaient victimes de la part de deux entraîneurs, des "prédateurs sexuels" bien connus selon elles.

Heidi Gilbert, Mandy Meloon, Amber Means et Gaby Joslin ont porté plainte devant un tribunal du Colorado vendredi pour "deux décennies d'abus sexuels, d'exploitation et de trafic d'athlètes de l'équipe américaine olympique de taekwondo par les dirigeants, entraîneurs et mentors qui auraient dû les protéger".

La plainte cite l'ancien entraîneur de l'équipe olympique de taekwondo Jean Lopez et son frère Steven, double champion olympique. Le Centre américain pour un sport sûr ("Center for SafeSport"), organisation qui promet le respect et lutte contre les abus dans le sport aux Etats-Unis, a notamment suspendu à vie Jean Lopez de toute compétition mondiale de taekwondo, et Steven Lopez a reçu une interdiction temporaire pendant que l'enquête à son encontre se poursuit.

Jean Lopez lourdement accusé

Mandy Meloon, double championne du monde, a affirmé en 2007 avoir été violée 10 ans plus tôt par Jean Lopez lors des Championnats du monde en Egypte alors qu'elle n'était âgée que de 15 ans. Laissée à l'écart de l'équipe après cette dénonciation, elle en avait appelé à l'Usoc pour tenter de faire bouger les choses.

"Depuis au moins 2007, l'Usoc et USA TKD ont sciemment protégé, donné des responsabilités, légitimité, autorité et confiance à Jean Lopez en lui confiant le poste d'entraîneur de l'équipe américaine, ainsi qu'à son frère Steven, qui était la superstar de l'équipe", indique la plainte. "En agissant ainsi, ils ont exposé des centaines de jeunes athlètes à deux prédateurs sexuels adultes, l'entraîneur de l'équipe américaine de taekwondo et son propre frère", poursuit le texte, qui accuse l'Usoc et USA TKD d'avoir protégé les deux hommes, car ils ramenaient médailles et richesses à la Fédération.
 

AFP

Taekwondo