portrait Rein Taaramae (Cofidis) TDF 2010
Rein Taaramae | Florent Brard

Taaramae : « Prendre le maillot blanc »

Publié le , modifié le

Contraint à l’abandon l’an passé en raison d’une tendinite, Rein Taaramae, leader de la Cofidis, revient sur le Tour avec de belles ambitions. Le champion d’Estonie en titre vise le général mais surtout le maillot du meilleur jeune. Et après une première semaine où il a évité les chutes, son moral est au beau fixe.

Comment s’est passée votre première semaine de course ?
« La première semaine s’est plutôt bien passée car je n’ai pas chuté, je n’ai pas perdu énormément de temps. Il y a juste un jour où j’ai subi une cassure mais, dans l’ensemble, ça va plutôt bien. Je pense que c’est un bon début. Mieux que l’année dernière car je suis plus en forme. »

Il y a eu beaucoup de nervosité dans le peloton ces derniers jours. Comment vous y êtes-vous senti ?
« Je ne me suis pas très bien senti car je ne suis pas un spécialiste pour frotter. Donc, ça a été un peu difficile pour moi. Mais maintenant, c’est passé, je suis content et je commence vraiment mon Tour. »

Les conditions climatiques (pluie et vent) vous ont-elles gêné ?
« Les deux jours où il a plu, je me suis senti un peu moins à l’aise mais généralement, ça ne me gène pas trop. Par exemple, l’année dernière, sur Paris-Nice, j’ai bien marché alors qu’il pleuvait. Mais c’est vrai que le soleil, c’est mieux pour moi. »

Quel est votre objectif cette année ?
« Mon objectif numéro 1, c’est le maillot blanc. Je sais que ça ne va pas être facile car Robert Gesink a de grosses ambitions aussi. Mais on est sur le Tour et tout est possible. Je sais que je peux prendre ce maillot. Je joue également le classement général. »

L’entame de Tour a été difficile pour Cofidis. Le moral est-il toujours bon ?
« Bien sûr ! On est sur le Tour donc il faut avoir le moral. Samuel Dumoulin est tombé mais, vous avez vu, deux jours après il a essayé de faire le sprint. Il n’a pas eu les jambes mais il a montré qu’il était motivé et on l’est tous. »

Isabelle Trancoën