Aksel Lund Svindal a dominé le Super-G de Val Gardena
Aksel Lund Svindal a dominé le Super-G de Val Gardena | OLIVIER MORIN - AFP

Svindal vole à Val Gardena

Publié le , modifié le

Devant aux entraînements, Aksel Lund Svindal a confirmé qu'il était imbattable sur la piste de Val Gardena. Le colosse norvégien a littéralement marché sur ses adversaires ce midi, reléguant son plus proche poursuivant, l'Italien, Matteo Marsaglia à plus d'une seconde (1"07). Le premier français, Adrien Théaux est 5e (+1"28).

Une démonstration de puissance, de précision et de technique. Ni plus ni moins, c'est ce qu'Aksel Lund Svindal a offert aux spectateurs du Super-G de Val Gardena. En tête à tous les intermédiaires, le champion olympique de la spécialité avait déjà 1 seconde d'avance sur le reste de la meute à la mi-course. Une grosse faut sur l'avant-dernière porte a fait craindre une sortie de piste mais Svindal s'en sort et conclue son Super-G avec 1"07 d'avance sur Marsaglia ! Impressionnant ! C'est la 3e victoire de la saison de Svindal après son doublé Lake Louise et la deuxième en Super-G. 

Course serrée derrière Svindal

Le plus étonnant c'est que jusqu'à son passage, la course était plutôt serrée. Johan Clarey a longtemps tenu tête aux meilleurs. Parti avec le dossard 1, le skieur de La Clusaz a du attendre le dossard 11 et Marsaglia pour être battu. Le skieur italien prouve que sa victoire à Beaver Creek n'était pas le fruit du hsard. Dans la foulée, Werner Heel est venu compléter le podium à seulement 5 centièmes de son compatriote et fait son retour sur la "boite" qu'il n'avait plus atteint depuis le 23 janvier 2010. A domicile, les Transalpins doivent se contenter du podium. Un podium sur lequel ne figure pas Adrien Théaux. En forme, le Français doit néanmoins se contenter de la 5e place. Frustrant au vu de l'écart qui le sépare de la 2e place (0"21). Mais Théaux paye un début de course timide. Derrière lui, Clarey est 8e (+1"70) après une très belle course. Les Français confirment leur bonne santé en Super-G sans toutefois réussir à accrocher une victoire, ou un podium.

Au classement général de la Coupe du Monde, Svindal creuse un peu plus l'écart sur Ted Ligety, seulement 19e à Val-Gardena (+2"39).

Déclarations:

Matteo Marsaglia (ITA, 2e):  "J'étais déjà content à la reconnaissance, et je pensais faire une bonne course, mais peut-être pas un podium. C'est une confirmation de Beaver Creek  (victoire en super-G, son 1er podium en Coupe du monde, ndlr). L'équipe a bien démarré la saison et c'est important de se motiver les uns les autres. Et puis on s'est bien entraîné juste avant Lake Louise (Canada). Aksel Lund Svindal, il est d'une autre planète. Je me considère le premier des Terriens. Il fait des fautes et il est quand même une seconde devant tout le  monde. Et sur cette piste, je savais que je ne pouvais pas être à son niveau. Comme performance, ici c'est peut-être mieux qu'à Beaver Creek".  

Werner Heel (ITA, 3e): "J'ai  passé deux années difficiles et j'ai souffert de cette situation. Je remercie  tous ceux qui ont cru en moi, surtout Manuela (sa fiancée et skieuse de la  Squadra Manuela Mölgg). J'ai toujours été persuadé que je pourrais revenir à  mon niveau d'avant les JO de Vancouver. On me disait que j'avais la meilleure marque de skis et pourtant. Le problème était à la fois le matériel -j'en ai  changé depuis- et la préparation physique. J'ai eu le tort de délaisser les exercices de force pour me concentrer sur l'équilibre. J'avais perdu 5 kilos que j'ai maintenant regagnés. Deux Italiens sur le podium? Je pense que nous avons actuellement l'équipe la plus forte en vitesse, même si la Norvège peut compter sur un phénomène comme Svindal". 

Adrien Théaux (FRA, 5e): "Une 5e place, ça ne se refuse pas. Mais je suis  assez près du podium (16/100e, ndlr), malheureusement. Mis à part Beaver, j'ai bien commencé la saison dans la discipline. C'est hyper-serré aujourd'hui, mis à part Svindal qui tue la course. Il a très bien skié le haut. Après, sans faire trop d'impression, il emmène de la vitesse quand même. Je fais quand même une bonne faute à l'entrée du Ciaslat et je perds pas mal de vitesse. Après, c'est le jeu du super-G, il faut prendre des risques. J'ai voulu tendre une ligne. Il fallait être agressif et avoir du coeur. Avec la visibilité, c'était pas facile. Ici, c'est mon meilleur résultat en super-G".

Johan Clarey (FRA, 8e): "Mis à part le dossard (N1), ça va. Je le savais déjà avant de partir. En me levant ce matin et en voyant la fine couche de neige fraîche, je savais que le 1, c'était pas un cadeau. Et sur le plat , je prends une grosse "tarte". J'ai fait le chasse-neige. Mais j'ai quand même envoyé et ça vient de mieux en mieux en super-G. Et je suis convaincu que ça va payer. (Au sujet de Svindal): monstrueux. Il skie en confiance, il fait un haut fantastique. Il a beau faire des fautes tout le long, ce sont des fautes de vitesse. Vraiment, il est monstrueux. A part (Hermann) Maier de la grande époque, j'ai rarement vu un mec qui dominait comme ça la vitesse. Il ne fait pas une énorme impression toujours mais c'est  toujours hyper-juste, hyper-glissé". 

Classement de la descente:

1. Aksel Lund Svindal (NOR) 1: 36. 95
2. Matteo Marsaglia (ITA) 1: 38. 02
3. Werner Heel (ITA) 1: 38. 07
4. Kjetil Jansrud (NOR) 1: 38. 13
5. Adrien Théaux (FRA) 1: 38. 23
6. Matthias Mayer (AUT) 1: 38. 43
7. Klaus Kroell (AUT) 1: 38. 48
8. Johan Claarey (FRA) 1: 38. 65
9. Joachim Puchner (AUT) 1: 38. 67
10. Christof Innerhofer (ITA) 1: 38. 78

Christophe Gaudot @ChrisGaudot