Jérémy Stravius
De l'argent en relais 4x100m nage libre, de l'or en 100m dos, tout va bien pour Jérémy Stravius | AFP - François Xavier Marit

Stravius: "Une course un peu catastrophique"

Publié le , modifié le

A l'arrivée du 100m dos, Jérémy Stravius ne s'attendait vraiment pas à être champion du monde, encore moins à égalité avec Camille Lacourt, une première dans des Mondiaux: "Je me dis: c'est pas vrai, c'est pas possible, je ne peux pas être champion du monde. Avant ça, en arrivant, j'étais déçu parce que je fais une course vraiment un peu catastrophique." Mais l'Amiénois est plus qu'heureux de ce dénouement: "J'étais très content de partager cette Marseillaise".

- Vous êtes champion du monde avec Camille Lacourt. Vous attendiez-vous à un tel scénario?
- "C'est très, très surprenant. Je ne m'attendais pas vraiment à gagner. Il fallait faire abstraction de ses rivaux et se concentrer sur soi-même. Quand je vois à l'arrivée que je partage la médaille d'or avec Camille, c'est un grand moment de bonheur. J'ai encore un peu de mal à réaliser."

- Justement, comment réagissez-vous quand vous voyez que vous êtes tous les deux premiers?
- "1-1 à l'écran. Je me dis: c'est pas vrai, c'est pas possible, je ne peux pas être champion du monde. Avant ça, en arrivant, j'étais déçu parce que je fais une course vraiment un peu catastrophique. Je suis très heureux, moi c'est mon premier grand titre."

- La France n'avait encore jamais eu de champion du monde masculin. En voilà deux d'un coup...
- "On ne fait pas les choses à moitié! C'est vraiment incroyable ce qu'il vient de se passer. On a frappé un grand coup. Ca fait du bien pour la suite, pour l'équipe de France et pour la France aussi. Vous attendez tous ça depuis longtemps. Donc voilà, le jour est arrivé."

- C'est aussi la première fois dans des Mondiaux que deux compatriotes se partagent la première marche du podium...
- "On vient d'apprendre ça. Déjà l'an dernier aux Championnats d'Europe, ça faisait plus de 60 ans qu'on n'avait pas vu de doublé français."

- Comment avez-vous vécu la remise des médailles?
- "La Marseillaise, c'était un grand moment. Il y a beaucoup de choses qui passent par la tête. C'était plus facile en étant avec Camille. Il y a pas mal de pression qui est tombée. J'étais très content de partager cette Marseillaise, vraiment."

- Avez-vous calqué votre course sur Camille ou non?
- "Sur ma course, je ne regarde qu'à gauche. Sur le retour, Camille était de l'autre côté, donc je ne l'ai pas vu. Tant mieux, parce que sinon ça aurait pu fausser ma course. Je suis arrivé à me focaliser sur moi-même. Et c'est vraiment ce qu'il fallait faire."

- Les gens vous connaissent mal. Que vont penser ceux qui vous connaissent bien?
- "Ils seront surpris. Mais ils savent tous que je peux faire de grandes choses. Pour eux ce sera un sentiment d'aboutissement. Et pour ceux qui ne me connaissent pas, ce sera une vraie surprise. Mais c'est vrai que là ça fait du bien de sortir de l'ombre de Camille."

- Vous avez fait fort avec déjà deux médailles...
- "Là oui, c'est vrai que ça commence très, très fort. Et j'ai encore deux épreuves, je n'en suis qu'à la moitié de mes Championnats. Et j'espère encore frapper fort avec les deux relais qu'il me reste."

AFP