Jérémy Stravius
Jérémy Stravius retrouve les sommets | ALAIN JOCARD / AFP

Stravius sur tous les fronts

Publié le , modifié le

Auteur d'un début de saison tonitruant, Jérémy Stravius, aligné ce week-end à l'Open de France de natation de Vichy sur 50 et 100 m dos et 50 m libre, aborde sa préparation aux Mondiaux-2013 avec une confiance et des chronos au zénith, au point de s'inviter parmi les prétendants à une place dans le relais 4x100m.

Co-champion du monde du 100 m dos en 2011 avec Camille Lacourt, Stravius  suit une courbe de forme inversement proportionnelle à celle de son coéquipier  qui ne s'est jamais vraiment relevé après le rendez-vous de Shanghaï.

"J'attends de confirmer mes sensations des entraînements, de Monaco et de  Canet. Si je suis dans la même logique, je peux faire de bons temps et affiner  les derniers réglages pour Barcelone. Je suis super décontracté. Dans la continuité de l'année, des championnats  de France surtout. Je me rapproche des temps que j'y ai fait et si je les  réussis ces temps ce sera parfait." précise Stravius. En signant la meilleure performance mondiale de la saison (53.09) sur 100  dos, il a acquis des certitudes aux Championnats de France:  "Personnellement, j'ai une indication de ce que je peux faire à Barcelone en  terme de temps, je sais que je peux faire mieux qu'à Shanghaï. Je n'ai jamais  nagé aussi bien sur 100 mètres et je sais ce qu'il faudra faire pour être bon."

"Impatient", Stravius l'est aussi de retrouver des concurrents farouches  qui le talonnent à 1/100 à la ranking list 2013, le Japonais Kosuke Hagino et  l'Américain David Plummer, ainsi que le champion olympique Matthew Grevers  rescapé des sélections US. Qualifié sur cinq épreuves individuelles pour les Mondiaux, au terme des  championnats de France de Rennes, engagé à priori sur quatre distances à  Barcelone (50 et 100 m dos, 200 m 4 nages, 4x200 m libre), Stravius a en outre  frappé un grand coup sur 100 m libre en s'imposant en 48.53 lors du meeting de  Canet, à la mi-juin. "C'est vrai que j'ai une réelle chance de participer au relais 4x100",  reconnait le polyvalent. "C'était un peu mon objectif".  A Londres, Stravius avait nagé en série mais vécu la finale sur le banc,  assistant en spectateur au triomphe de ses coéquipiers du 4x100 m. Aujourd'hui,  il rêve donc légitimement d'une finale mondiale qui à laquelle il pourrait  prétendre au vue de son chrono --le deuxième d'un Français ex aequo avec  Meynard derrière Florent Manadou-- et de son programme de stakhanoviste à  Barcelone.

Christian Grégoire