Sloane Stephens
L'Américaine Sloane Stephens | AFP - THOMAS COEX

Stephens retrouve les 8e

Publié le , modifié le

Révélation de l'édition 2012 des Internationaux de France, Sloane Stephens s'est de nouveau qualifiée pour les 8e de finale de Roland-Garros. En battant la Néo-Zélandaise Marina Erakovic 6-4, 6-7 (5/7), 6-3, la tête de série N.17 du tournoi continue à confirmer les espoirs placés en elle.

Elle n'a que 20 ans. L'an dernier, elle représentait la grande surprise du tournoi, avec une présence en 8e de finale alors qu'elle n'était que 79e mondiale. Cette année, elle fait partie des outsiders, avec son 17e rang mondial qui lui vaut d'être tête de série. Il faut dire que l'édition 2012 des Internationaux de France n'a pas été un feu de paille. A Wimbledon, elle avait atteint le 3e tour en battant la Tchèque Cetkovska, alors 25e mondiale. Puis, elle avait battu Francesca Schiavone à l'US Open. Et en 2013, elle a accroché à son palmarès Cibulkova (15e) à Brisbane, Serena Williams en quarts de finale de l'Open d'Australie avant de tomber sur la future gagnante Azarenka en demie.

C'est donc tout sauf une surprise de retrouver Sloane Stephens en 8e de finale cette année. Cela n'a pas été de tout repos, néanmoins, puisque l'Américaine a dû rester plus de deux heures sur le court N.1 pour faire plier la Néo-Zélandaise Marina Erakovic, 92e mondiale mais qui l'avait battue l'an dernier à Memphis. Ce succès, elle aurait pu l'empocher en deux manches, en faisant le mini-break dans le jeu décisif pour mener 5-3, mais elle a ensuite encaissé quatre points de suite. Du coup, elle a livré une grande bataille pour l'emporter, et gagner le droit d'affronter Maria Sharapova, qu'elle n'a jamais battue en deux matches.

"C'est mon tournoi de prédilection, j'adorerais le remporter", a déclaré Stephens après son match. "Mais ce n'est pas pour maintenant. Je me rapproche du meilleur niveau parce que j'ai atteint déjà les demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem, peut-être que cette victoire viendra. Mais il faut que je continue à travailler d'arrache-pied."