stade clairsemé
Le stade Loujniki va être réaménagé et perdre sa piste d'athlétisme | .

Stade recherche ambiance

Publié le , modifié le

Il y avait lundi une drôle d'ambiance dans le stade Loujniki. Un stade qui sonnait creux pour des championnats du monde, cela donnait une impression étrange. Rien à voir avec ce qui s'était passé la veille où le phénomène Bolt avait attiré davantage de spectateurs. Mais l'enceinte était tout de même remplie qu'aux trois-quarts. Les Russes choisissent leur événément dans l'événement, ce qui agace à la fois les organisateurs et les autorités.

Ces derniers peuvent remercier la colonie ukrainienne qui lundi a apporté un peu de couleurs dans un stade bien pâle et de bruit dans une ambiance peu festive. Que dire des sessions du matin, qui sont complètement oubliées du public pour de simples séances de qualification, malgré pourtant la présence de grand talents ? Ainsi, le double champion olympique du 400 m haies Felix Sanchez, n'a pas pu retenir son aigreur. "C'est mort", a-t-il dit., après avoir disputé ses qualifications dans un silence de cathédrale. "C'est le jour et la nuit comparé à Londres l'année dernière"

Une comparaison qui ne plait pas du tout au LOC, le comité d'organisation qui déplore le manque d'intérêt des Moscovites, et encore moins au gouvernement. Le président Poutine en personne a demandé à ses compatriotes d'être une peu plus partie prenante sur cette grande manifestation. Certaines informations ici à Moscou laissent même entendre qu'il aurait fait supprimer trois tableaux de la cérémonie d'ouverte afin de l'abréger, déçu de n'avoir pas pour l'occasion un stade rempli. 

Alors bien sûr, ce soir mardi, la situation devrait être un petit peu différente ne serait-ce que parce que Isinbayeva sera dans la place. Mais le malaise semble plus profond. Sans que l'on sache si ce manque d'intérêt est dû aux affaires qui ont écorné l'athlétisme et depuis quelques mois l'athlétisme russe en particulier, au prix des places, ou simplement au fait que beaucoup de Moscovites sont en vacances...et qu'il fait beau Et il est évident aussi que les conditions d'accès et de visa ont peut-être découragé des étrangers qui auraient eu envie de venir. Il reste encore quelques jours pour inverser la tendance. Moscou doit montrer un visage un peu plus réceptif à ce grand événement pour que celui-ci, au bilan, puisse être considéré comme réussi.

Christian Grégoire