Violences sexuelles : une souffrance parentale

L'affaire Sarah Abitbol a permis à de nombreuses personnes de témoigner contre ces violences sexuelles. C'est la famille qui est impactée en premier après l'enfant. Les parents se sentent responsable de ne pas avoir vu les problèmes graves de leur progéniture. Trahis, les parents en veulent évidemment aux fédérations qui n'ont pas réagi.

Publié le , modifié le