Coronavirus : les Français ne bougent pas assez pendant le confinement

Publié le , modifié le

Auteur·e : Paul Giffard
Footing

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Malgré la multiplication des applications de sports et des programmes télévisés dédiés, une étude démontre que les Français ne font pas suffisamment de sport pendant le confinement.

Faut-il s’alarmer de la sédentarité imposée par le confinement ? Ce dernier, qui vient d’être prolongé au minimum jusqu’au 11 mai par le président Emmanuel Macron, pourrait bien avoir à terme un impact sur la santé des Français, indique une étude publiée par le site Coachme.fr.

Un constant alarmant

Sur les 1267 Français (âgés de 18 à 60 ans) interrogés entre le 6 et le 16 avril, le constat est sans appel : plus de 4 Français sur 10 (41%) pratiquent moins de sport qu’avantPierre Tabuteau, le fondateur de Coachme.fr souligne que "dans tous les cas, pour éviter par exemple de développer des maladies cardio-vasculaires ou diminuer le risque de dépression, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) préconise au minimum 150 minutes d’activités physiques (d’intensité modérée) par semaine, soit au moins 21 minutes par jour. Or il y a déjà 1 Français sur 5 qui se situe en dessous de ce seuil."

En effet, selon l’étude, si les citoyens de l’Hexagone pratiquent en moyenne une activité physique de 38 minutes par jour (temps de marche inclus), ils sont aussi près de 20% à ne pratiquer aucun sport pendant le confinement. À noter que les sorties pour aller faire ses courses ou pour se dégourdir les jambes (dans la limite de 1 km autour du domicile) sont loin d’être suffisantes pour correspondre aux critères de “marche rapide” permettant de rester en bonne santé.

L'OMS n'hésite pas à rappeler les bienfaits d'une activité physique chez les adultes. Les hommes et les femmes actifs ont un plus faible taux de mortalité toutes causes confondues (cardiopathies coronariennes, hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral, diabète de type 2, syndrome métabolique, cancer du colon ou du sein, et dépression) que les individus plus sédentaires.

Les coureurs sont peu nombreux

Malgré les nombreuses initiatives mises en place, le temps passé chez soi n’est pas passé à transpirer. 27% des Français n’ont pas changé leurs habitudes alors que 41% reconnaissent en faire moins, probablement faute de pouvoir s’adapter (manque de place, trop de contraintes entre le télétravail et les enfants à garder à la maison, ou encore activité sportive favorite réservée à l’extérieur telle que le vélo). La seule bonne note de cette étude correspond aux 32% des Français qui font plus d’activité physique qu’avant.

Sans surprise, le fitness est le sport le plus populaire (32%), dans la mesure où il est très simple à pratiquer (notamment via une application sur smartphone). Il est suivi par la marche à pied (13%), le yoga (8%) et la musculation (7%). Quant aux joggers, qui ont été au centre de l’attention médiatique ces dernières semaines, ils sont finalement peu nombreux (7%). Cette discipline a par ailleurs souffert ces derniers temps de certains arrêtés municipaux imposant des tranches horaires à sa pratique.

"Restez chez vous, bougez chez vous"

Et pourtant avant la pandémie de Covid-19, la sécurité sociale alertait déjà sur l’excès de sédentarité des Français. Selon l'étude 2014-2015 sur les consommations et les habitudes alimentaires de la population française, INCA 3, menée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, 63% des adultes de 18 à 79 ans pratiquaient au moins 150 minutes par semaine d'activité physique. Quant aux adolescents, seulement un tiers des 11-17 ans pratiquaient au moins 60 minutes par jour d'activité physique.

C'est pourtant ce que recommande le gouvernement, et notamment la Ministre des Sports, Roxana Maracineanu sur le site officiel du Ministère des Sports. Les autorités vous proposent, pendant toute la période du confinement, de bouger, tout en restant chez vous. 

Paul Giffard paul_gfrd

Sports loisirs