Myriam Soumaré
Myriam Soumaré à l'arrivée de sa série du 200 m | AFP - Olivier Morin

Soumaré, seul rayon de soleil français

Publié le , modifié le

Les Français n’ont pas été à la fête, jeudi matin, dans le Stadium de Daegu. Si Myriam Soumaré s’est qualifiée facilement pour les demi-finales du 200m de ce soir, c’est en revanche terminé pour Mélanie Melfort (hauteur), Salim Diri (longueur) et le relais 4x400m, qui ne participeront pas aux différentes finales.

Le seul sourire de la matinée tricolore s’appelle Myriam Soumaré. La championne d’Europe du 200 m a remporté sa série en 22"71 et sera présente en demi-finales. Un temps qui lui permet au passage de réaliser les minimas nécessaires pour se qualifier pour les Jeux Olympiques de Londres. A noter que toutes les autres favorites de la compétition sont passées. La Jamaïcaine Veronica Campbell-Brown a réalisé le meilleur temps, tandis que les Américaines Jeter, nouvelle championne du Monde du 100m, et Allyson Felix, triple championne du Monde du 200m, ont assuré.

Pour le reste, on fait un peu grise mine dans le camp tricolore. Mélanie Melfort n'a pas réussi à se qualifier pour la finale du saut en hauteur avec une barre de à 1,92 m alors que 12 concurrentes ont franchi 1,95 m, la limite de qualification. Même scénario du côté de la longueur masculine.Salim Sdiri, qui s’était qualifé in extremis pour ces championnats du Monde, n’a sauté que 7m58, bien loin des 8m15 nécessaires pour aller en finale. "J’ai toujours mon épaule bloquée, j’ai galéré toute l’année. Je sors quasiment d’une saison blanche. Maintenant l’objectif c’est les JO", a expliqué Sdiri. Des qualifications enlevées par l'Américain Dwight Phillips avec un saut à 8m32.

Mais la plus grande déception demeure du côté du relais 4x400m. Le relais composé de Nicolas Fillon, Teddy Venel, Mammoudou Hane et Yoann Décimus a terminé à la 7e place de leur série en 3’03"68, bien loin de la Belgique, vainqueur de la série. "On voulait bien faire. Nous sommes très déçus. On a pourtant tout donné", a notamment déclaré Teddy Venel, quasiment sans mot, après la course. Habitué à jouer les premiers rôles dans cette épreuve, il faut rappeler que l'équipe de France était orphelin de son leader Leslie Djhone, blessé au genou...

Gilles Gaillard