Aksel Lund Svindal
Aksel Lund Svindal à l'attaque sur la piste de Kitzbühel | AFP - ALEXANDER KLEIN

Super-G: Svindal s'offre enfin Kitzbühel

Publié le , modifié le

Triple médaillé olympique, quadruple champion du monde, vainqueur de 7 Globes de Cristal, Aksel Lund Svindal a inscrit pour la première fois son nom au palmarès de Kitzbühel. Le Norvégien de 30 ans a en effet remporté le super-G avec 0"13 d'avance sur l'Autrichien Mayer, qui s'offre son premier podium à 22 ans, et 0"40 sur l'Italien Innerhofer. Adrien Théaux et Johan Clarey, 1ers Français, finissent 7e ex aequo.

C'est une anomalie désormais réparée. Aksel Lund Svindal est l'une des références du ski mondial depuis une dizaine d'années. Vainqueur de sept Globes de Cristal en Coupe du monde, dont deux Globes du classement général, quadruple champion du monde et triple médaille olympique depuis Vancouver (dont l'or en super-G), il n'avait jamais remporté la moindre épreuve à Kitzbühel. La Mecque de la vitesse, le lieu mythique pour n'importe quel skieur, se refusait à lui. Pour la première épreuve du week-end autrichien, le Norvégien a remporté sa 20e victoire en Coupe du monde, dans sa spécialité, le super-G. Il a remporté trois des quatre super-G disputés cette saison et avait pris la 2e place du quatrième à Beaver Creek, derrière l'Italien  Matteo Marsaglia.

Mais cela n'a pas été simple, même s'il avait plus d'une demi-seconde d'avance à mi-course. Car Matthias Mayer a été tout près de redonner à l'Autriche le bonheur d'une victoire à domicile. Depuis trois ans, le pays de ski attend qu'un de ses protégés monte sur la plus haute marche de la boîte. A 22 ans, le vice-champion du monde juniors de la spécialité en 2008 a bien failli s'offrir sa première victoire en Coupe du monde. Finalement, il s'offre son premier podium, ce qui est presque une victoire pour lui. Il redonne en tout cas le sourire à l'Autriche, qui a peut-être trouvé en lui le futur Hermann Maier. Mais son nom à lui s'écrit avec un y. Un Maier pourrait donc en cacher un autre...

Avec 13 centièmes de retard sur Svindal, Mayer s'est offert le luxe de devancer Christof Innerhofer, champion du monde en titre du super-G. Adrien Théaux a fini à une très belle 7e place, à 0"98 du vainqueur norvégien, à égalité parfaite avec son copain Johan Clarey. Alexis Pinturault, 13e à 1'08", complète les belles performances tricolores à la veille de la mythique épreuve de descente, sur la Streiff. C'était les premiers pas de l'espoir français sur cette piste. 

Réactions

Aksel Lund Svindal (NOR,  1er): "C'est vraiment une excellente saison en super-G. Mais c'est ma plus  belle victoire cette année, parce que c'est la première à Kitzbühel. Je savais  que je ne pouvais pas skier sans commettre de faute. Du Hausbergkante (la  traverse) jusqu'en bas, c'était vraiment dur à cause de la vitesse et parce que  c'est Kitzbühel. Quelle que soit l'option que vous choisissez, ça reste dur.  (Un doublé en descente?) Il n'y a aucune garantie que vous serez rapide en  course parce que vous l'avez été aux entraînements. C'est difficile car il y a  beaucoup de coureurs qui peuvent aller vite. Et puis vous ne pouvez jamais dire  au départ: +Je suis détendu+. La tension et le respect pour la piste seront  toujours bien présents."
   
Matthias Mayer (AUT, 2e): "C'était mon premier départ à Kitzbühel en  super-G. J'étais si excité, notamment dans les dernières portes où je sentais  que c'était bon. Je savais que le passage de l'Hausbergkante avait été  parfaitement négocié. Kitzbühel, c'est un rêve d'enfant. Quand vous regardé,  adolescent, les courses de ski à la télévision, que vous regardez Kitzbühel,  que vous voyez des gars gagner, que vous voyez des gars perdre Kitzbühel, ce  sont des émotions en cascade. Aussi je suis très fier d'être sur le podium  aujourd'hui".
   
Christof Innerhofer (ITA, 3e): "Bien sûr que hier (jeudi), j'étais un peu  plus en colère que d'habitude (après avoir été rétrogradé avec le dossard 46  pour la descente, ndlr). Mais j'ai surtout veillé à me concentrer sur le  super-G. Je ne devais pas m'égarer en pensant que je devais à tout prix prouver  quelque chose. Seulement skier à 100 %, pas à 120 %. Il fallait prendre plus de  risques dans la partie finale et je l'ai fait. (Pour la descente de samedi). Il  faut que je garde la même attitude que pour le super-G. Et me dire que je suis  en grande forme." 

Adrien Théaux (FRA, 7e ex  aequo): "Septième, ça reste une bonne course. Encore une fois dans les dix.  Mais ça m'énerve, car j'attendais plus. Je me suis fait descendre sur la  traverse, car je ne suis pas entré assez solide sur mon pied extérieur. C'est  une partie où il faut déclencher (le virage) très vite. Il y a deux ans,  j'avais déjà fait 7e ici en ratant un peu le haut mais en terminant fort.  Aujourd'hui, je fais un peu l'inverse. (Sur la domination de Svindal) Il arrive  à faire la différence dans la partie un peu plate de l'Hausberg. Et puis, il  fait jeu égal avec les meilleurs dans les sections les plus difficiles."
   
Yohan Clarey (FRA, 7e ex aequo): "Je suis très content, c'est le meilleur  résultat en super-G de toute ma carrière. J'ai pas +chopé+ un dossard devant  comme je voulais. Rentrer septième en partant 26, c'est bien. Je skie très bien  le sommet, je perds un peu de temps au milieu. Et puis j'ai osé en bas. J'ai  fait 13-13-8-7 (lors des quatre super-G disputés cette saison, ndlr). Je vais  intégrer le top 15 pour les Mondiaux, ça me fera un bon dossard à Schladming.  Le super-G, ce n'est pas une deuxième discipline. Pour moi, c'est aussi  important que la descente. C'est une discipline avec laquelle j'avais beaucoup  de mal. J'ai beaucoup bossé et j'arrive maintenant à prendre du plaisir. Le  but, ce n'était pas le super-G pour m'améliorer en descente, mais c'était  d'être performant en super-G. Pour demain (descente), ça me donne la confiance  et ça va m'enlever un peu de pression du résultat. Je vais pouvoir me lâcher.  Dans la traverse, j'ai osé et j'ai un passage plus qu'honnête pour pouvoir  lâcher pour la fin. Au milieu, c'est là où Svindal est très fort, avec son  toucher de neige. Mais il n'est pas imbattable. Demain, je suis sûr qu'on peut  le 'taper'."

Classement du super-G​

1. Aksel Lund Svindal (NOR)           1:14.48
2. Matthias Mayer (AUT)               1:14.61
3. Christof Innerhofer (ITA)          1:14.88
4. Kjetil Jansrud (NOR)               1:15.12
5. Erik Guay (CAN)                    1:15.18
6. Ted Ligety (USA)                   1:15.31
7. Johan Clarey (FRA)                 1:15.46
7. Adrien Théaux (FRA)                1:15.46
7. Peter Fill (ITA)                   1:15.46
10. Siegmar Klotz (ITA)                1:15.52
11. Georg Streitberger (AUT)           1:15.53
12. Romed Baumann (AUT)                1:15.54
13. Alexis Pinturault (FRA)            1:15.56
14. Hannes Reichelt (AUT)              1:15.57
15. Jan Hudec (CAN)                    1:15.65
16. Klaus Kroell (AUT)                 1:15.68
17. Werner Heel (ITA)                  1:15.89
18. David Poisson (FRA)                1:15.97
19. Andreas Romar (FIN)                1:16.01
20. Thomas Mermillod Blondin (FRA)     1:16.14
...
N'ont pas terminé: Yannick Bertrand (FRA), Guillermo Fayed (FRA), Brice  Roger (FRA), Stephan Keppler (GER), Matteo Marsaglia (ITA), Dominik Paris  (ITA), Andrej Sporn (SLO), Andrew Weibrecht (USA)

Classements de Coupe du monde

Classement général de la Coupe du monde (après 22 épreuves sur 36):
1. Marcel Hirscher (AUT)      935 points
2. Aksel Lund Svindal (NOR)   847
3. Ted Ligety (USA)           736
4. Felix Neureuther (GER)     646
5. Ivica Kostelic (CRO)       484
6. Manfred Mölgg (ITA)        477
7. Alexis Pinturault (FRA)    474
8. Kjetil Jansrud (NOR)       397
 9. Hannes Reichelt (AUT)      389
10. Christof Innerhofer (ITA)  385
 ...
15. Johan Clarey (FRA)         282
16. Adrien Théaux (FRA)        281
25. Steve Missillier (FRA)     160
   
Classement de la Coupe du monde de super-G (après 4 épreuves sur 6):
1. Aksel Lund Svindal (NOR)       380 points
2. Matteo Marsaglia (ITA)         209
3. Matthias Mayer (AUT)           196
4. Adrien Théaux (FRA)            167
5. Werner Heel (ITA)              164
 ...
11. Johan Clarey (FRA)             108
19. Thomas Mermillod-Blondin (FRA)  45