Tous les grands champions que j’ai admiré sont sortis plus forts des défaites
Martin Fourcade a pris beaucoup de plaisir en ski de fond | HEIKKI SAUKKOMAA / LEHTIKUVA / AFP

Martin Fourcade: "Une expérience qui me donne des pistes de progression"

Publié le , modifié le

Tout au long de la saison de biathlon qui débute fin novembre en Norvège, Francetv Sport va suivre Martin Fourcade dans sa préparation et en compétition. Avec sa 22e place sur le 10km libre de Kuusamo, Martin Foucade referme la parenthèse ski de fond et va se replonger dans le quotidien du biathlon. Une expérience que le double champion olympique a énormément apprécié malgré le résultat décevant et qui lui fournit des nouveaux défis pour l'avenir.

Une impression mitigée. Le défi que s'était lancé Martin Fourcade d'aller titiller les meilleurs sur la Coupe du monde de ski de fond n'est pas totalement réussi avec une 22e place à 43 secondes de Sundby mais le Français répète à l'envi qu'il s'est fait "plaisir" sur les dix kilomètres de la course. "Après deux ans d'absence, j'aurai été satisfait d'un top 10. J'en suis à la fois prêt et loin". Et finalement, difficile de lui donner tort quand on constate que Maurice Manificat, 9e et premier Français, n'est qu'à onze secondes devant lui. Reste que sa course lui a plu. "Mentalement, c'était pas mal, explique-t-il. Un peu compliqué parce que seul derrière (il est parti avec le dossard 94) mais content d'être arrivé à me faire mal et d'avoir atteint un résultat honorable."

Fin d'une aventure

La ligne d'arrivée de ce 10 kilomètres était aussi celle de sa parenthèse ski de fond. Une expérience débutée en Norvège pendant sa préparation loin de la France avec sa femme et sa fille, qui s'est poursuivie avec le groupe de l'équipe de France de ski de fond qui l'a parfaitement accueilli et dans lequel il s'est extrêmement bien senti. On dit qu'il a beaucoup chambré Robin Duvillard après l'avoir devancé lors du sprint classique de vendredi. Nul doute qu'il a pu recommencer aujourd'hui (Duvillard a terminé 27e). "C’était une expérience globale dans laquelle je me suis retrouvé maître du défi que je me suis lancé" résume Fourcade. Au-delà de la course d’aujourd’hui dans laquelle je me suis fait plaisir je le répète, c’est un ensemble qui me fait du bien." Car, à 27 ans, Martin Fourcade avait besoin d'air, de "voir autre chose" de "côtoyer d'autres lieux" aussi. Et de se mettre en danger.

De ce point de vue-là, le coup est réussi. L'orgueil du champion Fourcade a été touché aujourd'hui. Même s'il explique ne pas vouloir devenir le meilleur "fondeur du monde", il convient que la défaite, ou plus exactement la "moindre réussite" du jour, selon ses propres termes, lui fait du bien. "C’est en partie pour ça que je l’ai fait. Ça me fait du bien, ça me motive, ça me botte un peu les fesses aussi". Quadruple tenant du titre de la Coupe du monde de biathlon, Fourcade va retrouver ses adversaires dès mercredi pour l'individuelle à Östersund. Et bien qu'il soit "sûr" qu'il reviendra en ski de fond, il a désormais l'oeil rivé sur sa discipline.

Revenir plus fort​

"L'objectif est d'être performant dès mercredi" pose Fourcade. Il rejoindra la Suède dès dimanche "tout seul" avant de se reposer et de "décrasser" la machine mardi. Bien qu'il regrette de ne pas avoir eu "deux-trois jours de plus pour reprendre la carabine", Fourcade est d'autant plus motivé qu'il sait désormais vers où aller pour devenir un meilleur biathlète. Merci le ski de fond. "Ça me donne des pistes de réflexion pour progresser, lâche le Catalan qui évoque la puissance sur le haut du corps comme principal manque. Je sens qu'il y a des belles choses à faire". Et ce dès mercredi à Östersund ? Les adversaires de Martin Fourcade doivent être prévenus que le boss est de retour. "Tous les grands champions que j’ai admirés sont sortis plus forts des défaites". Le message est on ne peut plus clair.