Qui est Ryoyu Kobayashi, ce DJ génie du ski ?

Mondiaux de ski nordique : Qui est Ryoyu Kobayashi, ce DJ génie du saut à ski ?

Publié le , modifié le

Les mondiaux de ski nordique débutent cette semaine, et parmi les skieurs à suivre, l'étoile nippone, Ryoyu Kobayashi. A 22 ans, il domine outrageusement sa discipline et impressionne tous les spécialistes. Longtemps en retrait de par son mode de vie inadapté au professionnalisme, il a décidé de s'investir et de franchir un cap. Sans perdre le sel de son histoire, au contraire.

Ce qui se se passe actuellement dans le ski nordique tient de l'exceptionnel. La naissance d'un champion intemporel, à 22 ans, on n'y assiste pas tous les jours. C'est pourtant le cas depuis le début de la saison en saut à ski. Le Japonais de 22 ans Ryoyu Kobayashi est en train de réussir une saison dantesque : 11 victoires sur 22 concours, dont un Grand Chelem. C'est rarissime sur la prestigieuse Tournée des Quatre Tremplins fin décembre/début janvier. Il aborde les mondiaux de ski nordique dans la peau de superfavori, lui sur lequel personne n'aurait misé un kopeck il y a quelques mois. 

"Il devait faire plus que seulement piloter sa Porsche"

Jamais victorieux en Coupe du monde avant ce nouvel opus, Ryoyu Kobayashi avait bouclé le dernier exercice à la 24e place du classement général.  Son entraîneur Janne Väätäinen explique la raison de ce réveil tardif dans Libération : «Lorsque Ryoyu Kobayashi a compris qu’il devait faire plus que seulement piloter sa Porsche, il est devenu bon, expliquait le mentor finlandais à l’AFP. J’ai beaucoup insisté pour qu’il s’entraîne plus, mais jusqu’à présent ça ne lui plaisait pas. Il profite de la vie. Quoi qu’il fasse, il a toujours ce sourire coquin de gamin sur le visage.» 

Une anecdote montre bien ce basculement. Le soir du Nouvel An, évidemment propice aux plus grands dérapages pour un fêtard tel que le Japonais, toute l'équipe s'est retrouvée au lit à 22...dont Kobayashi. Il remportait sa deuxième victoire sur la Tournée des Quatre Tremplins le lendemain. Faire une croix sur ses plaisirs pour mieux construire son bonheur sportif, voilà les bonnes résolutions de Kobayashi.  Et ce n'est pas pour plaire à tout le monde.  L'entraîneur allemand Schuster le fait remarquer, avec un brin de malice "On pouvait en effet redouter qu'un jour ou l'autre, il s'aperçoive de son potentiel. Il va encore nous enquiquiner un bon moment", pronostique-t-il.

Plus de sérieux, plus d'investissement, et le voilà au sommet de sa discipline en moins d'un an. Aurait-il trouvé la recette miracle ?

 

à voir aussi Mondiaux de ski nordique : Les fondeurs, meilleurs espoirs français Mondiaux de ski nordique : Les fondeurs, meilleurs espoirs français

DJ la nuit, skieur à la technique "parfaite" le jour

Son amour des voitures de sports, sa passion pour les platines en boite de nuit ne sauraient faire oublier ce qu'il produit dès qu'il chausse des skis.  "La perfection pure..." d'après Hannawald lorsqu'il regarde Kobayashi suspendu dans les airs après un saut : "J'ai rarement vu sur les tremplins de cette planète quelque chose de mieux que le premier saut de Kobayashi (vendredi). Chapeau bas !", ajoute, estomaqué, l'entraîneur de l'équipe d'Allemagne Werner Schuster. Au Japon, sa popularité grimpe en flèche. La dernière victoire nippone sur la Tournée remonte à 1998 avec Kazuhoshi Funaki. Lui, à 22 ans, a remporté le Grand Chelem. 

Jérôme Laheurte, le directeur des équipes de France de saut à skis et de combiné nordique, est dithyrambique sur la technique de Kobayashi  : «Ce qui est le plus impressionnant, c’est sa fluidité, il n’y a aucun blocage. La technique du saut à skis a des similitudes avec celle de la perche. Quand on regarde Kobayashi, on remarque qu’il a un très bon lâché prise au moment du saut, il faut énormément de confiance pour réaliser cela.»

"Je sais que je fais partie des favoris, et ça me met un peu la pression", a avoué le surdoué à l'AFP.  Son principal rival lors de ses mondiaux devrait être Kamil Stoch, Polonais de 31 ans, triple champion olympique et une fois champion du monde (2013). Il sera chez lui, en Pologne. A moins que le prince Kobaytashi ne conquière de nouveaux coeurs.