Mondiaux de ski alpin : la belle quinzaine de l'équipe de France à Cortina d'Ampezzo

Publié le , modifié le

Auteur·e : Charlotte Diry
Mathieu Faivre champion du monde du slalom géant
Mathieu Faivre champion du monde du slalom géant, vendredi 19 février. | Andreas SOLARO / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les championnats du monde ski alpin viennent de s’achever ce dimanche 21 février. Malgré quelques déceptions, le bilan est positif pour les Français qui repartent de Cortina d’Ampezzo (Italie) avec cinq médailles, dont deux en or. Retour sur leurs performances lors de ces Mondiaux.

• La renaissance de Mathieu Faivre 

Il ne faisait pas partie des grands favoris de ces Mondiaux 2021. Pourtant, Mathieu Faivre repart de Cortina d'Ampezzo avec non pas une, mais deux médailles d’or. La récolte a débuté avec le slalom géant parallèle, une grande première pour cette épreuve en championnats du monde. Seul Tricolore qualifié pour les huitièmes de finale, le skieur d'Isola 2000 a assuré du début à la fin jusqu'à décrocher le graal : sa première médaille d'or en individuel lors de Mondiaux.

Et la chasse aux médailles s'est poursuivie sur le slalom géant, sa course de prédilection. Alors que son compatriote Alexis Pinturault est le grand favori de l'épreuve, le skieur des Alpes-Maritimes a réussi à déjouer tous les pronostics. Solide lors de la première manche, le Niçois pouvait d'ores et déjà prétendre à une médaille. Délesté de toute pression après son titre en géant parallèle, le skieur s'est élancé le couteau entre les dents lors du second run. Une attaque en or pour skier dans les traces de Jean-Claude Killy, 53 ans après le titre de champion du monde du slalom géant de la légende française du ski alpin. Des Mondiaux plus que parfait pour Mathieu Faivre qui réussit là un doublé historique.

à voir aussi Mondiaux de ski : l'inattendu Mathieu Faivre sacré en géant après son titre en parallèle, grosse désillusion pour Alexis Pinturault Mondiaux de ski : l'inattendu Mathieu Faivre sacré en géant après son titre en parallèle, grosse désillusion pour Alexis Pinturault

• Une médaille de plus pour Tessa Worley

Elle avait fait sensation le 26 janvier dernier en remportant l’or sur le géant à Kronplatz (Italie). Mais ce n’est finalement pas sur son format classique que Tessa Worley s’est fait remarquer lors de ces Mondiaux. La Française a inscrit son nom lors de l’épreuve inédite du slalom parallèle. Alors qu’elle avait été battue par Marta Bassino, la "puce" du Grand-Bornand a su puiser dans ses ressources lors de la petite finale en s’emparant de la médaille de bronze. Une sixième médaille qui s’ajoute à son palmarès en championnats du monde. Malgré le bronze, une légère déception pour la Française qui s'était également alignée sur le slalom géant. Deux fois médaillées d'or de la discipline, Tessa Worley ne s'est classée que septième lors de ces Mondiaux. 

Parmi les autres françaises présentent en Italie, aucune n’a réussi à se démarquer. Pourtant alignées dans plusieurs épreuves, Doriane Escané, Coralie Frasse-Sombet, Tiffany Gauthier, Laura Gauché, Nastasia Noens ou encore Tifany Roux rentrent sans médaille.

• Un goût d’inachevé pour Alexis Pinturault

Cortina d'Ampezzo lui laissera très certainement un goût amer. Alexis Pinturault, grand favori de ces Mondiaux et leader du classement général de la Coupe du monde, avait toutes les cartes en main pour être le grand monsieur de ces championnats. Champion du monde en titre du combiné, Alexis Pinturault était là pour le défendre. Parfaitement mis sur orbite avec sa médaille de bronze lors du super-G, le Français semblait sur la voie royale d'autant qu'il avait réussi un excellent temps sur le super-G du combiné. Mais l'Autrichien Marco Schwarz en a décidé autrement. Battu pour quatre petits centièmes à l'issue du slalom, Alexis Pinturault a cédé sa place de champion du monde et s'est contenté de la médaille d'argent. 

Lesté de deux médailles en deux courses, Alexis Pinturault devait arriver pleine balle sur le Géant, la discipline où il excelle et où il a signé trois succès cet hiver. Ce fût le cas lors de la première manche, survolée comme rarement cette saison. Mais le vent a tourné au plus fort de la pente. Un ski qui tape dans un trou sur le haut du parcours, une sortie de piste et le Français disait adieu à son rêve doré. Le slalom en clôture de la compétition ne lui a pas davantage souri avec une septième place finale assez loin de ses ambitions initiales. Lui qui venait chercher l'or, le skieur de Courchevel repart frustré d'Italie mais il aura très vite de quoi se consoler avec un probable gros globe de cristal, le premier pour un Français depuis Luc Alphand en 1997. 

• La déception de Clément Noël

Depuis trois saisons, il est en plein ascension. À seulement 23 ans, le Clément Noël fait désormais partie des meilleurs slalomeurs du monde. Parmi les favoris de la discipline lors de ces Mondiaux, le skieur français avait pour objectif de ramener l’or à Val d'Isère. Mais la déception fût immense à l’issue du slalom, dernière épreuve de ces championnats du monde. Il était pourtant bien parti lors de la première manche en se classant cinquième (+0.34) voyant ses chances de médaille à portée de main. Seulement, la seconde manche ne s’est pas passée comme prévu. En avance lors des deux premiers temps intermédiaires, il a commis une faute grossière qui l'a relégué à une décevante vingt-et-unième place à l’arrivée. Une course à l'image de sa saison où le talent est présent mais pas la constance. Noël aura une revanche à prendre l'année prochaine aux JO d'hiver de Pékin.

-

à voir aussi PORTRAIT. Clément Noël, qui se cache derrière le masque du slalomeur français ? PORTRAIT. Clément Noël, qui se cache derrière le masque du slalomeur français ?