Marcel Hirscher lors de la première manche de Garmin-Partenkirchen
Marcel Hirscher lors de la première manche de Garmin-Partenkirchen. | MICHAEL KAPPELER / DPA

Marcel Hirscher plus géant qu’Hermann Maier avec une 55e victoire

Publié le , modifié le

Marcel Hirscher glisse sur une autre planète. L'Autrichien remporte le slalom géant de Garmisch-Partenkirchen en Allemagne, devant son compatriote Manuel Feller (+1'57'') et l'Américain Ted Ligety (+1'69''), de retour aux affaires. Hirscher signe ainsi sa 55e victoire en Coupe du monde, dépassant ainsi un autre Autrichien, Hermann Maier. Ce dernier slalom géant avant les JO PyeongChang marque le retour du champion olympique en titre et triple champion du monde de la discipline, Ted Ligety. Côté Français, Mathieu Faivre est le mieux classé à la 8e place (+2'30''), suivi d'Alexis Pinturault (9e, +2'32'').

Marcel Hirscher a remporté son 26e slalom géant en carrière, sa 55e victoire en Coupe du monde. L'Autrichien ne skie pas mais vole. Encore une fois, il a écœuré la concurrence tant qu'il domine facilement ses poursuivants. Le deuxième est Manuel Feller (+1'57''). Le podium est complété par l'expérimenté Ted Ligety (+1'69''). L'Américain fait son grand retour juste avant les Jeux en Corée du Sud. En effet, il s'agit de son premier podium depuis le Super G de Beaver Creek, le 5 décembre 2015. Un come-back bienvenu pour le champion olympique en titre.

Pinturault passe à travers sa 2e manche, Faivre meilleur français

Ils étaient cinq français au départ de la seconde manche. Deux se sont placés dans le top 10. Mathieu Faivre est le meilleur tricolore, en finissant à la 8e place (+2'30''). Juste devant Alexis Pinturault (9e, +2'32''). Le skieur de Courchevel, auteur du troisième meilleur temps du 1er round, n'a pas su défendre sa bonne position dans le dernier acte, en réalisant le 22e temps. Victore Muffat-Jeandet est le 3e français (12e, +2'81''). Il faut ensuite aller au-delà de la 15e place pour voir les deux derniers bleus : Thomas Fanara (16e, +3'01'') et Thibaut Favrot (17e, +3'03'') parti avec le dossard 47. 

Les skieurs vont désormais se reposer et préparer la grosse échéance de la saison, le slalom géant de PyeongChang de 2018, qui se déroulera dimanche 18 février.

Réaction :


Alexis Pinturault: "C'est une grosse déception, je dirais une de plus. Ca fait quelques courses que j'enchaîne un peu les déceptions, donc les temps sont rudes, notamment avant les Jeux. La première manche, c'était encourageant, mais j'étais quand même déjà à une seconde de Marcel, ce qui fait déjà beaucoup, énormément même à notre niveau. Après il y avait des choses encourageantes par rapport aux autres concurrents. La deuxième manche je perds énormément de temps dans le mur, et encore plus sur le dernier plat. Maintenant il va falloir essayer d'analyser, de comprendre. Il faudra bien se reposer avant les Jeux, c'est important, je pense que je suis relativement fatigué en cette fin de janvier, et ça pèse aussi dans la balance".

Marcel Hirscher (AUT, vainqueur du géant): "(à propos de ses 55 victoires) L'Autriche c'est un pays de ski où ce genre de record a une grande signification. Pour compter de 1 à 55, c'est vraiment long, il faut des années, il ne faut pas de grosse blessure, avoir une super équipe, beaucoup de travail, vivre 100 pour cent pour son sport. (sur les JO) Tous les skieurs qui vont aux Jeux veulent revenir avec une médaille, mais il ne faut pas se mettre martel en tête si ça ne marche pas."

 Ted Ligety (USA, 3e): "Je suis si heureux d'être de nouveau sur un podium. C'était difficile de réaliser deux bonnes manches, j'ai été surpris de ma bonne première manche, mais je n'avais aucune chance de combler l'écart avec Hirscher. (JO) Je suis le tenant du titre sur la piste de Pyeongchang, j'y ai remporté ma première victoire en coupe du monde il y a 12 ans (rires). J'aime bien cette piste".

Mathieu Faivre (FRA, 8e): "En deuxième manche j'ai essayé de faire un peu plus comme je sais faire. La première manche j'avais envie de bien faire, de skier vite et parfois c'est comme ça qu'on se trompe. On oublie de prendre de la vitesse à la fin de chaque porte, et c'est ce que j'ai essayé de faire en seconde manche. Les jeux ça va être autre chose. Je vais essayer de travailler pour mettre en place le jour J ce que j'ai fait aujourd'hui en deuxième manche."