Marcel Hirscher
Deuxième grand globe de cristal pour l'Autrichien Marcel Hirscher | AFP - Jure Makovec

Hirscher revient sur le grand "cirque" blanc

Publié le , modifié le

Avec un deuxième grand globe de cristal consécutif en poche, l'Autrichien Marcel Hirscher revient sur sa saison, mais aussi sur son envie de maintenir la notion de "plaisir" malgré la pression inévitable qu'il doit gérer, sur les incohérences d'un calendrier qu'il juge compliqué, et surtout sur "le cirque de la Coupe du monde", qui, selon lui, ne devrait pas faire passer le spectacle avant la sécurité des skieurs.

Après l'annulation du dernier super-G jeudi, vous sembliez plus fâché que content d'être intouchable au classement général. Pourquoi ?
Marcel Hirscher: "Si les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour tous les athlètes, cela ne sert à rien de lancer une course. Je sentais qu'ils voulaient pousser la course jusqu'au dernier et le dernier en l'occurrence, c'était moi. Selon moi, le fait que les télés, les médias et les spectateurs aient des images spectaculaires doit passer après la sécurité des coureurs. Et c'est cela qui m'a rendu très en colère. Klaus Kröll est depuis longtemps sur le circuit. Aucun autre descendeur n'a autant de kilomètres que lui. Il n'aurait pas fait une telle faute si les conditions étaient bonnes. A ce moment-là, les points en jeu pour le grand globe n'avaient aucune importance". (ndlr: Klaus Kroll est tombé lors du super-G de Lenzerheide et souffre d'une fracture du bras droit. Cet accident a mis un point final à une course dont le coup d'envoi avait été retardé de 3 heures et demie en raison des mauvaises conditions de visibilité et du vent. Cette annulation, après le passage de dix coureurs, a suscité une petite polémique, certaines équipes la trouvant totalement injustifiée.

Et maintenant, comment voyez-vous cette saison où vous empochez un titre de champion du monde et un second grand globe ?
Marcel Hirscher: "Il y a eu tant de courses fantastiques cette saison. Une des principales raisons est que je ne suis pas sorti de piste, ce qui n'était pas le cas la saison passée. Une autre est que je me sens solide physiquement et mentalement. Je vieillis, je prends de l'expérience. Chaque jour apporte sa leçon. La Coupe du monde est un cirque, et vous apprenez chaque jour un peu plus sur son fonctionnement à force d'en faire partie."

A l'avenir, envisagez-vous de continuer à courir seulement des géants et des slaloms ?
Marcel Hirscher: "On doit vraiment se poser la question de savoir si c'est possible d'ajouter une troisième discipline telle que le super-G. Les deux dernières saisons étaient très prenantes. Je n'ai pratiquement pas fait de pause depuis la fin de la saison dernière, pas eu de vacances. On a tout mis sur la préparation. Je suis déjà pratiquement allé à la limite de ce qui était faisable entre les courses et les diverses sollicitations à gérer. Combiner tout cela, ce n'est pas facile."

Comment faites-vous pour supporter la pression qui pèse sur vous ?
Marcel Hirscher: "En Autriche, parfois cela devient vraiment très, très lourd. Le ski représente tant pour les gens, autant que le football en Allemagne. Mais au bout du compte,  je me fiche de savoir ce qu'on écrit sur moi, ce que les gens pensent de moi. Ce qui m'importe, c'est d'avoir tout donné. Si quelqu'un pense qu'il peut faire mieux, très bien. Qu'il prenne le départ à ma place ! j'ai encore de grands objectifs mais l'important n'est pas de savoir combien j'ai décroché de places sur le podium, simplement prendre du plaisir. Et jusqu'à présent, j'ai plutôt réussi."

Christian Grégoire