Gauthier de Tessières
Le Français Gauthier de Tessières | AFP - FABRICE COFFRINI

De Tessières meilleur temps d'un super-G annulé

Publié le , modifié le

Premier à s'élancer sur la piste de Lenzerheide et longtemps le seul en raison des conditions climatiques, Gauthier de Tessières est resté le meilleur temps du super-G de Lenzerheide, lors des finales de Coupe du monde. Mais après la chute spectaculaire de l'Autrichien Kröll, évacué par hélicoptère, les organisateurs ont décidé d'annuler la course. Et donc de priver le Français de la victoire. L'épreuve féminine a subi le même sort, offrant à Tina Maze le globe de Cristal de la spécialité.

La météo continue à faire des siennes lors des finales de Coupe du monde en Suisse. Après l'annulation des descentes masculine et féminine hier, les organisateurs ont de nouveau dû faire une croix sur les épreuves du jour, les super-G. Mais cette fois, les spectateurs ont pu assister à quelques descentes. Reportée de 9h30 à 13h, l'épreuve masculine a pu débuter, avec le dossard N.1, de Gauthier de Tessières. Malgré une sérieuse frayeur lors d'un saut acrobatique, le Français, médaillé de bronze en super-G lors des derniers Mondiaux mais qui n'a jamais gagné d'épreuve de Coupe du monde, a réalisé un temps de 1'22"04. Mais pendant longtemps, personne n'a pu s'élancer sur la piste derrière lui, en raison des conditions météorologiques. Il a donc attendu, patienté, durant plus d'une demi-heure, avant que Thomas Mayrpeter ne s'élance à son tour. Les autres ont suivi, jusqu'à l'Autrichien Klaus Kröll, victime d'une chute spectaculaire. Le vainqueur de la Coupe du monde de descente 2012, déporté sur un virage clé du parcours, est allé s'encastrer dans les filets de sécurité, par une impressionnante roulade en avant. L'Autrichien de 32 ans est resté assis, là, sans se relever, avant d'être  évacué par hélicoptère.

"L'impression qu'on me vole"

Et pendant ce temps, le brouillard et le vent n'ont pas faibli. Du coup, les organisateurs ont fini par annuler l'épreuve, rendant caduque le résultat et donc la possible victoire de Gauthier de Tessières. Comme Pierre-Emmanuel Dalcin, lors du super-G des Jeux Olympiques de Turin en 2006, meilleur temps après 17 passages mais qui avait vu la course annulée, et reportée en raison des conditions climatiques. Et lors du deuxième départ, il n'avait pas fini la course. Pour Gauthier de Tessières, il y avait le même sentiment d'inachevé, de l'amertume et de la rancoeur à l'égard de l'équipe autrichienne, coupable à ses yeux d'avoir fait pression pour annuler l'épreuve: "Bien sûr, j'ai l'impression qu'on me vole ! Ce n'est pas juste", lançait-il, accusant Hans Pum, chef de l'équipe autrichienne, d'avoir milité pour cette solution: "J'étais sûr qu'il faisait tout pour annuler. Je le connais, c'est un petit  malin. Il croit qu'il est le chef du ski, quelque part ce n'est pas faux. Tous ses coureurs ont été nuls. Il y en a un qui  s'est mis les filets parce qu'il a skié comme une patate. C'est le pouvoir de l'Autriche, c'est eux qui font la pluie et le beau  temps dans le monde du ski." En 2006, Dalcin avait porté les mêmes accusations sur la piste de Sestrières, à l'encontre de la même délégation. Les temps ne changent pas vraiment.

Chez les femmes, le super-G a été annulé. Du coup, la Slovène Tina Maze décroche le petit Globe de Cristal de la spécialité. La championne du monde de super-G comptait en effet 55 points d'avance au  classement sur l'Américaine Julia Mancuso avant cette épreuve et le règlement  de la Fédération internationale de ski prévoit que toute course des finales qui  ne peut pas être disputée le jour prévu est définitivement annulée.