Worley

Ski alpin / Coupe du monde : Une démonstration et de l'or pour Tessa Worley lors du géant inaugural à Sölden

Publié le , modifié le

La Française Tessa Worley a remporté samedi le géant d'ouverture de la Coupe du monde de ski alpin, enlevant sa première victoire à Sölden (Autriche), la treizième de sa carrière. Entre neige, brouillard et piste dégradée, la double championne du monde a signé une solide troisième place lors de la première manche, à 0"40 de Federica Brignone. La Française a sorti une seconde manche supersonique pour s'imposer devant l'Italiene et l'Américaine Mikaela Shiffrin, championne olympique en titre. Worley s'empare ainsi du dossard rouge de la discipline et lance parfaitement la saison tricolore, en attendant la course des hommes demain.

Le départ de la première manche avait été abaissé sur la piste de Sölden. La piste préparée avec une neige stockée depuis l'an dernier, à cause de la chaleur du mois d'octobre en Autriche, était samedi couverte d'un épais brouillard et marquée par des chutes de neige continues depuis le matin. Des conditions très favorables aux premiers dossards. C'est Federica Brignone, vainqueur de ce même géant en 2016, qui a profité du dossard un pour signer le meilleur temps du premier acte. L'Italienne a devancé les trois grandes favorites, Viktoria Rebensburg (+0''24), Tessa Worley (+0''40) et Mikaela Shiffrin (+0''60). Derrière, la piste s'est dégradée à vue d’œil, créant très vite de gros écarts. La Suissesse Wendy Holdener, septième, s'est ainsi retrouvée reléguée à 1"72. Les 6 premières avaient fait le break, elles seraient les seules à se disputer la victoire dans la seconde manche.

La Française a réalisé le meilleur temps de la seconde manche, lui permettant de largement remonter les 40 centièmes de retard qu'elle comptait sur Brignone après le premier acte. Sur une piste chaotique, elle a livré un vrai récital, solide comme un roc, elle a découpé le mur de Sölden. Malgré quelques dixièmes lâchés sur la partie basse, plus plate, elle a mis tout le monde d'accord. La Haut-Savoyarde, double championne du monde de la spécialité (2013/2017), a réussi à dompter la piste du glacier de Rettenbach (à 3.000 m d'altitude) pour une première victoire à Sölden, après une 2e place l'an dernier derrière l'Allemande Viktoria Rebensburg, tenante du titre du globe de géant et seulement 4e samedi. 


 

Un changement d'encadrement pour le groupe France qui ne semble pas perturber Worley

Worley a montré les crocs à la concurrence dès la première course de la saison. A 29 ans, elle s'est déjà forgé un des plus beaux palmarès du ski français, et fait figure de favorite pour le globe de la discipline avec Rebensburg et Shiffrin. L'encadrement de l'équipe de France féminine a été largement renouvelé à l'intersaison pour manque de résultat. Sauf que la skieuse du Grand Bornand était la seule à tirer son épingle du jeu, les résultats étaient là. Elle a dû reconstruire avec une nouvelle équipe et retrouver des repères. Avant la course, elle expliquait "J'étais dans un système qui fonctionnait très bien, que je connaissais très bien. Donc j'ai dû plus m'appuyer sur moi-même, sur mes sensations au début (de la préparation estivale, ndlr) pour après partager pas mal avec le nouveau staff pour qu'on soit sur la même longueur d'onde". C'est chose faite semble-t-il. La course au globe de géant est parfaitement lancée. 

L'autre belle performance de la journée est pour Thea Louise Stjernesund. La Norvégienne, 24e temps de la première manche, signe le deuxième temps de la seconde pour remonter jusqu'à la 9e place au général. Les autres Françaises Adeline Mugnier (12e) et Taina Barioz (13e), ont complété cette magnifique journée d'ouverture pour le clan tricolore.

Place aux hommes demain qui seront en piste à Sölden à partir de 9h45. 

Névil Gagnepain