Tessa Worley
Le bonheur de Tessa Worley sur le slalom géant | AFP - SAMUEL KUBANI

Ski Alpin: Worley veut "prendre du plaisir" à Sölden

Publié le , modifié le

Présente à Sölden, où se déroule samedi la première manche de la saison, Tessa Worley se reposera sur ses acquis plutôt que sur son état de forme physique. La skieuse haut-savoyarde, de retour après dix mois d'absence en raison d'une grave blessure au genou, sera quoiqu'il arrive libérée à l'annonce de son résultat.

Quels éléments ont déterminé votre décision ?
TESSA WORLEY: "Mon été s'est bien passé malgré des conditions météo un peu aléatoires parfois. La rééducation s'est déroulée comme prévu. Je crois que je suis prête physiquement. Mais comme j'étais très concentrée sur tous mes entraînements, je ne voulais pas ajouter de la pression en prenant une décision hâtive. Je voulais être prête mentalement à 100%. Je ne ressens pas de douleur. Je peux me balancer, même s'il me manque un peu de force. Maintenant qu'on est ici, c'est du bonheur, de l'excitation. J'ai envie de prendre du plaisir".

Paradoxalement, la pression est moindre que les années précédentes ?
T.W: "Sölden, c'est particulier: le début de la saison, l'atmosphère. En plus, avec l'altitude, c'est assez difficile physiquement. Même si ça se termine par un long dernier plat, j'apprécie la piste qui est à la fois féminine et masculine. J'ai toujours été ultra-prête pour cette ouverture les années précédentes. A chaque fois, ça ne s'est pas très bien goupillé, des petites choses qui se mettaient au travers du chemin (ndlr : 4e en 2011, 5e en 2007), car je me mettais beaucoup de pression".

Avez-vous un objectif précis ?
T.W: "Je ne suis pas du tout dans les mêmes conditions que les hivers précédents. C'est un peu l'inconnu. Ca peut faire peur mais je peux pas accélérer le temps, ajouter des entraînements. Alors j'essaie de prendre cette nouvelle expérience du bon côté et de me servir de mes acquis. J'ai quelques indicateurs, mais je n'ai pas envie de me comparer aux autres. Plutôt d'avoir mes sensations sur la course, d'être critique par rapport à moi-même. Alors je n'ai pas idée où je peux me situer. Suite au résultat de demain, je veux être objective. Comment va s'organiser la suite, le travail à effectuer ? C'est un repère, ça va être une remise dans le bain."

AFP