Shiffrin
Mikael Shiffrin. | SAMUEL KUBANI / AFP

Shiffrin attaque un trône vacant à Sölden

Publié le , modifié le

En l'absence de la tenante du Grand Globe de Cristal et du Globe de Cristal du slalom géant, Anne Fenninger blessée et forfait toute la saison, Mikaela Shiffrin a bien l'intention de s'emparer du trône vacant. Il y a un an, sur cette même piste de Sölden qui lance le début de la saison de Coupe du monde de ski, le prodige américain s'était partagé la victoire avec l'Autrichienne. A 20 ans, elle vise plus de constance pour briller au sommet.

Après son succès sur le glacier du Rettenbach, la meilleure slalomeuse du  monde avait retrouvé le podium en géant une seule fois, troisième à Kuehtai in  Tirol, toujours en Autriche. La saison dernière avait été aussi celle de l'affirmation pour  l'Autrichienne Eva-Maria Brem.

L'Allemande Viktoria Rebensburg, championne olympique en 2010 et  vice-championne du monde en 2015, ne manque pas d'expérience. La Bavaroise, qui  avait changé de marque de skis la saison dernière, n'avait trouvé les bons  réglages qu'en fin de saison. Comme Rebensburg, la Suissesse Lara Gut, lauréate sur le glacier en 2013,   vise aussi le classement général. "J'ai changé de ski, j'ai changé de  technicien, sinon la base est toujours la même. J'ai toujours mon team privé  (dirigé par son père, ndr) et on a cherché des collaborations. Avant j'ai bossé  avec Didier (Cuche), il y a Patrick Morisod qui est venu m'aider, Dany Albrecht  aussi. On a essayé d'optimiser", explique la Tessinoise.

La retraite de l'Autrichienne Kathrin Zettel et la forme précaire de la  star américaine Lindsey Vonn, qui ambitionne elle un cinquième gros globe,  élargissent encore l'horizon des aspirantes aux podiums dans la discipline  école du ski alpin. Les Suédoises, Sara Hector en tête, et les Italiennes, par leur densité,  sont prêtes à prendre des places.

Bassino à surveiller

Au sein de la Squadra, la Piémontaise Martino Bassino, 19 ans, est  attendue, de par son aptitude à laisser filer les skis, à jouer un rôle de  premier plan. "S'il y en a une parmi les nouvelles qui doit rentrer dans le top  5, ce sera elle", pronostique le directeur de l'équipe de France féminine Anthony Séchaud. Ce dernier a pu constater aussi que sa protégée Tessa Worley, championne du  monde 2013 avant de gâcher sa carrière en se blessant au genou droit quelques  mois plus tard, était sur "le bon chemin".

AFP

Coupe du Monde de Ski