Victor Muffat-Jeandet
Victor Muffat-Jeandet. | JOE KLAMAR / AFP

Muffat-Jeandet: "J'ai passé un petit cap"

Publié le , modifié le

Après une saison 2014-15 où il a accumulé les places d'honneur, Victor Muffat-Jeandet a décroché son premier podium dans un géant de Coupe du monde dimanche à Beaver Creek avec sa 2e place: "J'ai passé un petit cap, mais rien n'est jamais acquis", a-t-il expliqué.

Ce podium en géant, votre discipline de prédilection, est-il différent  de celui de l'hiver dernier en super-combiné ?

"Il a une autre saveur que celui de Wengen (2e du super-combiné en  janvier 2015, NDLR). Quand on est un technicien, on n'est pas vraiment bon en  descente et il faut faire le job dans le slalom. Ce podium-ci, je l'ai décroché  avec mes deux manches, j'étais en bonne position après la première manche et  j'ai continué à attaquer en 2e manche. J'ai encore du mal à réaliser, mais j'ai  dix heures de vol entre les Etats-Unis et l'Europe pour me rendre compte de ce  que j'ai fait".

Vous aviez déjà terminé 5e sur cette piste l'an dernier, Beaver Creek  vous réussit bien...

"J'aime bien cette piste, j'aime la neige ici, la neige américaine est  spéciale, agressive, je préférais jusqu'ici skier sur la glace, mais je me sens  de mieux en mieux sur cette neige, c'est vraiment le déplacement que je préfère  dans l'hiver. L'hiver dernier, j'ai réussi la meilleure saison de ma carrière  en terminant 6e de la Coupe du monde de géant, j'ai vraiment bien travaillé cet  été, mais à Sölden (10e, fin octobre, NDLR), je n'étais pas content de ma  course, j'avais des problèmes de matériel. Je suis content, car cette 2e place  montre que le travail acharné qu'on a fait après Sölden a porté ses fruits.  J'étais déçu par mon super-G de samedi (45e, NDLR), donc je me suis dit:  'Aujourd'hui, tu ne dois pas avoir de regrets et tu dois tout donner'".

Après les trois places de 5e en géant la saison dernière, ce podium semble logique...

"C'est la continuation de tout le travail accompli. Je ne peux pas dire  que je l'ai vu arriver, car il faut sans cesse se remettre en question et il  n'y a jamais rien d'établi. Je suis vraiment satisfait, car je suis allé  chercher un peu de folie. Avant, j'étais trop dans le contrôle, je respectais  trop les choses. J'ai essayé aujourd'hui de m'engager et je suis content que  cela ait payé. L'année dernière, c'était trop souvent une bonne 1re manche et  une 2e manche moins bonne, ou vice-versa. J'ai construit ce podium sur une  course complète. J'ai passé un petit cap, mais en ski, rien n'est jamais  acquis, il faut repartir à zéro pour le week-end prochain".

Coupe du Monde de Ski