Ted Ligety à Solden
Ted Ligety encore impérial à Solden | AFP - Alexandre Klein

La saison de ski redémarre à Sölden

Publié le , modifié le

Nul n'est prophète en son pays: les slaloms géants d'ouverture de la Coupe du monde de ski alpin, sur le glacier du Rettenbach à Sölden, échappent à l'Autriche depuis 2008, chez les dames, et même 2005 pour les messieurs. Six ans après Kathrin Zettel, Anna Fenninger, au pied du podium l'an dernier, soit son meilleur résultat dans la station du Tyrol, possède les requis pour vaincre le signe indien.

Lauréate du gros globe de la Coupe du monde générale et vice-championne  olympique de géant, la Salzbourgeoise fait aussi la une des magazines grâce à  son charmant minois. "Cela ne suffit pas pour gagner, surtout ici", remarque avec un sourire  entendu la jeune femme. Les conditions sont en effet particulières: manque de  repères chronométriques par rapport à la concurrence, altitude (quelque 3000 m)  et longueur de la piste, commune aux deux sexes. 

Il y a douze mois, la Suissesse Lara Gut avait dominé l'épreuve, reléguant  Zettel à 84/100e. La Tessinoise avait poursuivi sur sa lancée en remportant les  descente et super-G de Beaver Creek (Etats-Unis), avant de baisser de rythme. Double championne olympique (descente/géant) à Sotchi, la Slovène Tina Maze  reste la référence entre les portes larges. Elle compte déjà trois succès dans  la station tyrolienne: en 2002, où elle avait partagé la victoire à trois -fait  unique dans les annales-, 2005 et 2012. 

Pour l'édition 2014, qui marque aussi le retour à la compétition de la  Française Tessa Worley -championne du monde en titre-, la jeune (19 ans)  Américaine Mikaela Shiffrin, nouvelle reine du slalom, est l'objet de toutes  les conjectures. 

Géant Ligety

Ted Ligety a, comme Maze, réalisé la passe de trois à Sölden. Mais à la  suite (2011/2012/2013). Et tous les voyants sont au vert pour que l'Américain  ajoute dimanche un quatrième succès. Comme si son aisance ne suffisait pas, le skieur de Park City a l'avantage  de bien connaître la pente, sur laquelle l'US Team a établi sa base en Europe. Alors, pour donner le change, l'Américain rappelle que le ski n'est pas  "une science exacte", mais bien "un sport difficile où il faut faire avec une  quantité de facteurs et de variables". 

Et puis ses plus proches adversaires veulent y croire. L'écart -en secondes  il y a deux ans - s'est un peu réduit la saison dernière. Le Français Alexis Pinturault (23 ans), dauphin de l'Américain en 2013 à  Sölden, a peut-être trouvé la solution en changeant d'équipementier pour signer  avec Head, la marque de Ligety.

"J'ai bien travaillé dans la discipline et progressé. Mais je ne sais pas  où en est Ligety", explique Marcel Hirscher. Détenteur du gros globe depuis  trois ans, Hirscher rêve non seulement de déboulonner Ligety de son piédestal,  mais aussi de succéder à Hermann Maier. +Herminator+, le dernier à avoir fait  retentir l'hymne autrichien en bas du Rettenbach.

AFP

Coupe du Monde de Ski