Coupe du monde de ski alpin : vainqueur du Super-G de Saalbach, Marco Odermatt fond sur Alexis Pinturault au classement général

Publié le , modifié le

Auteur·e : Vincent Daheron
Marco Odermatt
Marco Odermatt lève le poing après sa grande performance sur le Super-G de Saalbach (Autriche) dimanche 7 mars. | HELMUT FOHRINGER / APA / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Pour l'avant-dernier Super-G de la saison, disputé à Saalbach en Autriche, Marco Odermatt a décroché une victoire écrasante. Alexis Pinturault, 15e, voit Odermatt revenir sur ses talons dans la course au classement général. Il n'a plus que 81 points d'avance sur le Suisse alors qu'il en détenait encore 210 avant ce week-end.

Marco Odermatt a frappé un très gros coup ce week-end en terre autrichienne, à Saalbach. Après avoir réalisé sa meilleure performance en carrière sur la descente de samedi 6 mars (5e), le Suisse a remporté sa deuxième victoire en Super-G, la première de la saison. Parti avec le dossard neuf, le jeune skieur de 23 ans a découpé la piste qui comportait pourtant quelques pièges. Seuls quatre hommes ont réussi à passer sous la seconde d'écart avec Marco Odermatt. Le Français Matthieu Bailet, deuxième (+0.62), est monté sur le podium pour la première fois de sa carrière en Coupe du monde. Le récent champion du monde de la spécialité Vincent Kriechmayr (+0.81) complète le podium. L'Autrichien a failli assurer le petit globe de cristal du Super-G puisque Matthias Mayer a terminé derrière lui (7e, +1.28), avant que Bailet ne bouscule tout et repousse ce sacre.

Alexis Pinturault pas encore titré au classement général

Mais c'est surtout au classement général que Marco Odermatt s'est idéalement replacé. Au sortir de son superbe week-end, il a largement réduit l'écart le séparant du Français et leader Alexis Pinturault. Le skieur de Courchevel possédait pourtant 210 points d'avance avant ce week-end autrichien et encore 165 dimanche matin. Il ne possède plus que 81 unités d'avance et peut même s'estimer heureux que la descente de vendredi 5 mars ait été annulée. Dimanche, le médaillé de bronze du Super-G à Cortina avait fait le pari risqué de partir avec le premier dossard, ne pouvant ainsi obtenir d'informations sur l'état du tracé. Sur une piste dessinée par l'entraîneur tricolore Xavier Fournier, Pinturault a été piégé à quelques reprises. Il n'a pu faire mieux que 15e (+2.10).

Paradoxe de ce Super-G, Alexis Pinturault n'a pas été aidé par des Français surprenants. Matthieu Bailet a été le premier à s'intercaler entre Odermatt et "Pintu" en réalisant sa meilleure course en Coupe du monde. "D'habitude je regarde les cérémonies en spectateur, a savouré Bailet. Là j'ai profité de chaque moment, quand ils ont appelé mon nom, le champagne avec les deux autres. Les émotions sont montées au fur et à mesure, c'est de la joie, l'euphorie, la satisfaction, la fierté, c'est un petit rêve de gosse qui se réalise. Mon sourire me fait mal aux joues !" Quelques dossards plus tard, Blaise Giezendanner a lui aussi surpris tout le monde. Le natif de Chamonix a pris une jolie 14e position (+2.09), un centième devant Alexis Pinturault. Johan Clarey aussi aurait pu faire reculer le leader au classement général s'il n'avait pas perdu le contrôle de ses skis. Ses premiers temps intermédiaires étaient en effet très rapides.

Six courses dont deux slaloms encore au programme

Une victoire comptant pour 100 points, les 81 unités d'écart entre Alexis Pinturault et Marco Odermatt relancent la course au gros Globe de cristal à six épreuves du terme. Pour devenir le premier Français à le décrocher depuis Luc Alphand en 1997, le natif de Moûtiers doit absolument engranger un maximum de points sur les deux slaloms qu'il reste encore à disputer puisque Odermatt n'y participera pas. D'abord à Kranjska Gora (14 mars) puis lors des finales de Lenzerheide (21 mars). La fin de saison s'annonce complètement folle et le suspense est de retour.

-

Coupe du Monde de Ski Alpin