Adrien Théaux
La joie d'Adrien Théaux | NATHAN BILOW / AFP

Théaux: "Le chemin a été long"

Publié le , modifié le

Avant de décrocher sa première médaille dans un grand rendez-vous avec sa 3e place dans le super-G des Mondiaux 2015, Adrien Théaux a dû faire preuve de patience: "Le chemin a été long", a-t-il admis.

Que ressentez-vous après cette médaille de bronze ?
Adrien Théaux: "C'est juste magique. J'aurais préféré l'argent, mais le bronze me  va également, c'est l'un des plus beaux jours de ma vie. Au départ, je me  sentais bien, je suis parti avec beaucoup d'envie, mais j'ai fait une grosse  faute au bout de quatre portes. Je me suis dit que cela allait être difficile  pour la médaille, mais comme c'était dans le mur, je savais que je n'allais pas  perdre trop de vitesse. Je me suis fait énormément plaisir dans le bas".
   
Cette saison, les résultats tardaient à venir jusqu'à cette 4e place à  Kitzbühel, juste avant les Mondiaux...
A.T: "Il y a eu des moments pas faciles, c'est vrai. Cet été, j'ai eu des  petites blessures: au Chili, je me fais mal à un genou, je skie pendant trois  jours, je me bloque le dos et je ne peux pas skier pendant cinq jours. On n'a  pas pu skier autant qu'on l'aurait voulu. Depuis le début de saison, je me  cherchais beaucoup au niveau du matériel: quand vous arrivez sur des courses et  que vous cherchez votre matériel, ce n'est pas bon. En ski, on ne peut pas se  permettre d'avoir des doutes pour viser une médaille. Cela a été beaucoup plus  long que prévu, ce n'était pas ce à quoi j'étais habitué. Mais cela m'a fait du  bien, car je suis arrivé en forme ici. Souvent j'arrivais en forme trop tôt, je  faisais des très bons débuts de saison, mais j'arrivais aux Mondiaux et aux JO  cramé. Cette année a été plus compliqué mais j'ai cette médaille que  j'attendais, que beaucoup de gens attendaient"

Cette médaille est la récompense de votre persévérance...
A.T: "Le chemin a été long, il faut que je remercie les entraîneurs qui m'ont  incité à être polyvalent et à me consacrer plus à la vitesse. En vitesse, on  arrive à maturité bien plus tard, je voyais les autres gagner des courses. Je  suis libéré pour la descente (samedi), cela me donne encore plus faim,  l'appétit vient en mangeant, je ne vais rien lâcher, c'est clair, mais cette  médaille m'enlève beaucoup de poids".

Vidéo : Le Super-G d'Adrien Théaux 

AFP