Le skieur français Adrien Théaux
Le skieur français Adrien Théaux | AFP - JOE KLAMAR

Saint-Moritz : Adrien Théaux : "quelques hésitations qui coûtent cher"

Publié le , modifié le

Attendu sur cette première épreuve masculine des Mondiaux de Saint-Moritz, Adrien Théaux est passé à côté de son super-G (16e). Déçu et énervé à l’arrivée, il se projette déjà sur la descente de samedi, l’autre grand rendez-vous de la vitesse.

Vous faites un bon départ et après…
Adrien Théaux
: Oui mon départ était bon, il y a eu de bonnes sections… Malheureusement je ne fais pas une course complète. J’ai quelques petites hésitations qui coûte extrêmement cher.

Etait-ce un tracé qui vous convenait?
A T
: C’était une piste assez facile, un tracé assez simple et avec cette neige, c’était facile de skier. En partant devant (il est parti avec le dossard 2, ndlr), je ne m’attendais pas à cela. J’ai fait deux petits travers à des entrées de virages et j’ai perdu de la vitesse. Si on ne l’a plus, pas moyen de la récupérer et on rame jusqu’à l’arrivée. Il fallait garder de la vitesse jusqu’au bout… C’est un Italien qui a fait le tracé. Il l’a fait pour ces skieurs et ce sont plutôt des descendeurs. Mais il y avait aussi une partie technique où Alexis (Pinturault, ndlr) a été bon… C’était bien, il y en avait pour tout le monde.

Dans quel état d’esprit avant la descente de samedi?
A T
: J’ai eu un début de saison compliquée en super-G (meilleur classement : 12e à Val d’Isère cette saison, ndlr) où je n’ai pas les mêmes sensations que l’année dernière. Je suis à la recherche de confiance. C’est complètement différent en descente (il a réalisé quatre Top 10 cette saison, ndlr). Sur ce super-G, je savais qu’il y avait des possibilités pour faire de bonnes choses, mais sur une piste aussi facile, ça se joue sur pas grand chose. Je ne suis pas démoralisé. Je suis énervé. Cela aurait été bien d’être sur la boîte aujourd’hui, mais pour samedi (jour de la descente, ndlr), je sais ce qu’il ne faut pas faire.

Quel est le programme jusqu’à samedi?
A T
: Je ne suis jamais content de moi, donc je vais digérer tout ça. Demain (jeudi, ndlr), il y a encore un entraînement de descente normalement, bien que les Suisses poussent pour qu’il n’y en ait pas. C’est normal, ils ont un énorme avantage puisqu’ils skient sur cette piste beaucoup plus souvent. Ensuite ça sera repos vendredi et la descente, le lendemain. Entre temps, il y aura de la vidéo, du kiné et du travail physique pour être prêt le jour J.

Benoit Jourdain @BenJourd1

Championnats du Monde de Ski