Mondiaux Beaver Creek Super-G Hannes Reichelt
L'Autrichien Hannes Reichelt | AFP - Getty Images - Doug Pensinger

Reichelt remporte le Super G à Beaver Creek, Adrien Théaux en bronze

Publié le , modifié le

L'Autrichien Hannes Reichelt a remporté le Super G des championnats du monde de Beaver Creek devant le surprenant Canadien Dustin Cook et le Français Adrien Théaux. Le Norvégien Jansrud et l'Autrichien Mayer, ex-aequo à la 4e place, sont ejectés du podium alors qu'Alexis Pinturault et Brice Roger se classent respectivement 10e et 11e. Bode Miller a encore assuré le spectacle mais le revenant américain a chuté.

Cela valait le coup d'attendre. Prévu mercredi mais reporté à ce jeudi en raison des mauvaises conditions climatiques, ce Super G aura répondu à toutes les attentes. Du soleil, une piste des "Birds of Prey" étincelante, des chutes, des déceptions et des rebondissements à la pelle. Au final, cette course aura sacré un champion, Hannes Reichelt, une incroyable surprise, le Canadien Dustin Cook et un Français ébouriffant, Adrien Théaux. Le Français aura été le chef de file d'une délégation tricolore qui aura parfaitement débuté ces Mondiaux, contrairement aux locaux américains. 

La victoire de Reichelt en vidéo : 

Héritant du dossard n°1, le Français Brice Roger a fait honneur à ce rang. Le skieur de La Plagne profitait d'une piste immaculée pour réaliser un run extrêmement propre. Lui qui avait abandonné lors de trois Super G sur les quatre qu'il avaient disputés cet hiver, Roger allait réaliser le meilleur temps (1'18''50) jusqu'au passage du dossard n°8, celui de l'Autrichien Georg Streitberger. Déjà vainqueur sur cette épreuve à Beaver Creek en 2010, il abaissait la référence du Tricolore de 32 centièmes avant le passage, juste après lui, de la star Bode Miller. 

Acclamé comme un rock star, l'Américain partait comme une balle, réalisant les meilleurs intermédiaires et taillant des courbes comme lui seul en a le secret. Le miracle tant attendu, celui de revoir Miller remporter une médaille d'or sans avoir skié de l'hiver après une opération au dos, prenait corps. Mais, on ne le sait que trop bien, avec lui ça passe ou ça casse. Et cette fois encore c'était la seconde option qui allait gâcher la fête. Une perte d'équilibre terrible et l'Américain partait dans une vrille impressionnante dont il se relevait, une centaine de mètres plus bas, la cuisse en sang. Le vétéran US en a pourtant vu d'autres et il mettait un point d'honneur à venir saluer le public tassé en bas de la piste qui lui offrait une standing ovation vibrante. Il s'en tire finalement avec une grosse entaille au mollet mais on ne sait pas encore s'il pourra participer samedi à la descente.

La chute de Miller en vidéo : 

Reichelt au presque parfait

La course, impitoyable, reprenait ses droits et Alexis Pinturault, un peu en dedans, ouvrait la première de ses quatre courses au programme par un exercice propre mais trop timoré. Aksel Lund Svindal, lui aussi vierge de toute compétition cette saison, vengeait Bode Miller en s'emparant du meilleur temps et prouvait que le talent était toujours là. Mais le Norvégien devait pourtant s'incliner devant le dossard suivant, un certain Adrien Théaux ! Impérial dans la partie basse de la piste, le skieur de Val Thorens créait la sensation en ravissant à sa majesté Svindal la première place provisoire ! 

La course de Théaux en vidéo :

Les outsiders défilaient mais le Français ne cédait pas sa place, l'exploit majuscule se dessinait. Finalement, un seul skieur allait parvenir à faire descendre Théaux de son piédestal : Hannes Reichelt. Vice-champion du monde en 2011, l'Autrichien au contact ski-neige parfait, signait un run presque sans faute pour s'emparer du meilleur temps. Il fallait bien ça pour battre Théaux. Jansrud, le grand favori et leader de la Coupe du monde, s'y risquait aussi mais le Norvégien payait cher ses trop nombreuses fautes, dont une qui lui blessait l'épaule lors d'un passage violent.

Cook, la surprise du chef

Au final, ce dernier devait se contenter de la 3e place à égalité avec Mayer, soient les derniers champions olympiques de Super G et de descente juste derrière Adrien Théaux. C'est dire l'exploit réalisé par le Français. Seul Hannes Reichelt et un certain Dustin Cook avaient fait encore plus fort. Sorti de nulle part, sans résultat probant cet hiver, le Canadien au dossard 28 réalisait le Super G de sa vie pour venir échouer à seulement 11 centièmes de Reichelt ! Jusqu'au bout, ce Super G avait réservé son lot de surprises...

Julien Lamotte

Championnats du Monde de Ski