Saint-Moritz, ski, Tessa Worley, Mikaela Shiffrin, Marcel Hirscher
Les trois grands stars de Saint-Moritz, Tessa Worley, Mikaela Shiffrin et Marcel Hirscher | AFP

Mondiaux Saint-Moritz : Marcel Hirscher a partagé la lumière avec Mikaela Shiffrin et Tessa Worley

Publié le , modifié le

Les Mondiaux de Saint-Moritz se sont terminés sur le triomphe de Marcel Hirscher, grand bonhomme de la quinzaine. L’Autrichien aux trois médailles a crevé l’écran, mais derrière le roi, il y a eu deux reines, Mikaela Shiffrin et Tessa Worley. La Suisse, elle, n’a pas été en reste. Bilan.

Tessa Worley, le soleil bleu, le blues de Pinturault

La Fédération française misait sur cinq médailles durant ces Mondiaux. Elle repartira de Suisse avec deux - en or - dans ses valises et une troisième place au classement des médailles derrière l’Autriche et la Suisse. Une par équipes et celle de Tessa Worley en géant. "C’est un bilan contrasté, assure le DTN Fabien Saguez. Contrasté parce qu’au nombre de courses où s’élançaient avec des favoris potentiels ou des outsiders, on ne ramène que deux médailles. Mais contrasté aussi, parce qu’on repart avec deux médailles d’or et troisième nation mondiale". Worley a été la seule leader bleue à tenir son rang. La skieuse du Grand Bornand s’est imposée comme la tête d’affiche de la délégation française. Son deuxième titre mondial individuel et son probable futur premier globe dans la discipline (elle a 120 points d’avance sur Mikaela Shiffrin) ont fini de la consacrer. Ses saisons difficiles post-blessure (2013) sont désormais derrière elle. L’Annemassienne de 27 ans peut reprendre sa marche en avant.

Chez les hommes, on attendait évidemment Alexis Pinturault. Il a vécu un calvaire : après un bon super-G (6e), il est passé à côté des épreuves techniques. Grand favori du combiné alpin et du géant, il a failli. Dixième du combiné et 7e du géant, le skieur de Courchevel a fini par craquer. Devant les médias, il n’a pas pu retenir ses larmes, terriblement déçu, et conscient d’avoir déçu. Le cas "Pintu" a animé toute la quinzaine. Son traitement privilégié durant la quinzaine, son niveau, la pression… rien ne lui aura été épargné. Sans le nommer, Fabien Saguez pense forcément à lui lorsqu’il déclare qu’il y a "une approche de ces grands événements qu’on ne maîtrise pas tout à fait et sur laquelle on a à travailler". Si Pinturault va sûrement remporter un nouveau globe en fin de saison (il est leader en combiné alpin et deuxième en géant), une réflexion va être menée par la fédération pour que le skieur ne passe plus à côté. Car dans un an, les JO arrivent.

Lire aussi : Alexis Pinturault, un cuisant échec qui pose question

 

Les stars au rendez-vous

On attendait Lara Gut, Lindsey Vonn, Marcel Hirscher ou Mikaela Shiffrin, on les aura tous vus. La première devait être la grande dame de ces Mondiaux. Une médaille de bronze, une petite déception, en super-G pour les lancer, mais une blessure lors de l’entraînement du slalom du combiné alpin l’a stoppé net. La Tessinoise est repartie de Saint-Moritz en hélicoptère et sans or. L’autre reine, Lindsey Vonn, a confirmé qu’elle était bien LA star du ski mondial. Sourire ravageur, maquillage impeccable et aura intacte, l’Américaine a fait le show. Sur la piste, elle a remporté une septième médaille mondiale (bronze en descente).

C’est finalement la troisième grande dame du cirque blanc, Mikaela Shiffrin, qui a crevé l’écran : une médaille d’argent en géant et une démonstration, un récital, en slalom pour un troisième titre mondial d’affilée dans la discipline. A seulement 21 ans. Marcel Hirscher, lui, a récupéré ce qu’il "méritait" d’après Alexis Pinturault, le titre mondial en géant. Barré par Ted Ligety lors des trois dernières éditions, l’Autrichien a profité de l’absence de l’Américain pour triompher. Il a récupéré son dû en slalom après son abandon à Beaver Creek il y a deux ans et repart de Suisse avec trois breloques au tour du coup (argent en combiné). Le meilleur skieur du monde est l’athlète le plus médaillé de ces Mondiaux.

La Suisse n’a pas raté ses Mondiaux

Avec 7 médailles (3 d’or, 2 d’argent, 2 de bronze), la Suisse est la deuxième nation la plus médaillée des Mondiaux derrière l’Autriche qui termine avec neuf médailles (3 d’or, 4 d’argent et 2 de bronze). Rapidement privée de sa tête de file Lara Gut, la Suisse s’est trouvée une nouvelle ambassadrice avec Wendy Holdener, championne du monde du combiné et deuxième en slalom derrière l’intouchable Shiffrin. La surprise Luca Aerni (23 ans) en combiné alpin est venue confirmer la bonne santé du ski suisse, tout comme celle de Beat Feuz dans ce qui restera l’un des grands moments de ces Mondiaux, la descente masculine.

Au niveau de l’ambiance, Saint-Moritz a vibré au rythme de la compétition et les tribunes, toujours pleines, ont résonné au son des "hopp scwhiiz" dès qu’un Helvète s’élançait. Les spectateurs ont toujours donné de la voix et les "petites nations", aux petits dossards qui s’élançaient bien après les stars, ont aussi eu droit à leur moment de gloire. S’il fallait trouver un bémol? Les cloches, sorte de vuvuzela local, qui causaient un vacarme ahurissant durant les courses. Et encore, cela fait partie du "folklore" et donnait aux tribunes un air d'arène prête à exploser. Rendez-vous dans deux ans à Are (Suède).

Benoit Jourdain @BenJourd1

Championnats du Monde de Ski