joie équipe de France ski Garmisch 02 2011
La joie de l'équipe de France de ski alpin | AFP - CHRISTOF STACHE

La France ouvre son compteur avec l'or

Publié le , modifié le

Grâce à l'épreuve par équipes, l'équipe de France a remporté sa première médaille des Championnats du monde de Garmisch-Partenkirchen en remportant la finale de cette compétition originale. Worley, Marmottan (remplaçante de Barioz en finale), Richard et Fanara se sont permis de battre, au temps, l'Autriche, enregistrant leur 3e succès en 3 matches au temps. La Suède a pris la médaille de bronze aux dépens de l'Italie. C'est le 1er titre mondial français depuis 2001.

Instaurée depuis les Championnats du monde 2005, mais absente en raison du temps en 2009 à Val-d'Isère, l'épreuve par équipes a repris ses droits à Garmisch-Partenkirchen. Malgré la douceur du temps et une piste assez endommagée, les sélectionnés de chaque nation ont pu se lancer dans ce tracé, mélange de super-G et de slalom. Une épreuve très courte, en parallèle, pour deux filles et deux garçons de chaque équipe qui s'élancent les uns derrière les autres, l'alternance ayant également au lieu entre le parcours bleu et le parcours rouge. Quatre skieurs, et en cas d'égalité, l'addition du meilleur temps du meilleur homme et de la meilleure femme. Un élément déterminant pour la France dans cette journée.

La Norvège et la Finlande ont été les seules à décliner cette compétition. Malgré la présence de Bode Miller et de Julia Mancuso notamment, les Etats-Unis n'ont pas pu aller plus loin que les quarts de finale, éliminés (3-1) par des Italiens décidément très performants même si Peter Fill et Christof Innerhofer ne faisaient pas partie de la sélection masculine. Mais la Squadra n'a pas pu créer l'exploit contre une équipe d'Autriche bien décidée à confirmer sa supériorité dans ces Championnats du monde. La mauvaise nouvelle pour la Wunderteam, c'est la blessure de Benjamin Raich, son chef de file, lors du quart de finale contre la Croatie. Il a ressenti des douleurs au genou gauche et va passer des examens complémentaires pour savoir s'il pourra prendre part au slalom géant vendredi.

Côté Tricolore, tête de série, le parcours a débuté en quarts de finale face à l'Allemagne, tombeuse facile de la Slovaquie (4-0). Taina Barioz, vaincue pour deux centièmes, voyait Thomas Fanara et Tessa Worley donner l'avantage à la France, avant que Cyprien Richard, aux prises avec Neureuther, ne s'incline sur la fin de course. A (2-2), c'est donc le meilleur temps du meilleur représentant de chaque nation qui se cumulait avec celui de la meilleure représentante, et la France passait en demi-finale. Après deux victoires, c'est la Suède qui se présentait, avec sa meilleure arme, Anja Paerson, qui dominait Taina Barioz grâce encore une fois à un très bon départ. Thomas Fanara égalisait pour 5 centièmes contre Matts Olsson, et Tessa Worley s'inclinait face à Pietiale-Holmner pour 3 centièmes, et Cyprien Richard, en dominant Hans Olsson de 7 centièmes, envoyait la France en finale. Les Suédois se consolaient avec la médaille de bronze décroché aux dépens des Italiens (4-0).

Avant le vrai début des épreuves techniques où ses chances seront grandes, la délégation française se plaçait sur la voie de sa première médaille de ces Mondiaux. Les entraîneurs tricolores changeaient leur fusil d'épaule en faisant débuter Worley à la place de Barioz, elle-même remplacée en deuxième par Anémone Marmottan, Cyprien Richard devenant le 1er skieur masculin et Thomas Fanara terminant le travail. Worley s'inclinait devant la championne du monde Anne Fenninger pour 0"10, mais Richard dominait Schörghofer avec le meilleur temps scratch pour égaliser à (1-1). Et Marmottan battait d'un souffle Kirchgasser pour donner l'avantage à la France. Heureusement car Fanara, auteur de beaucoup d'erreurs contre Baumann, perdait largement. Et pour la troisième fois, au temps, la France s'imposait malgré un score de parité (2-2) et remportait sa première médaille de la compétition, en or qui plus est. Même s'il ne s'agit pas d'une épreuve individuelle, c'est la première fois que la France ramène l'or mondial depuis la regrettée Régine Cavagnoud, en super-G en 2001.

Résultats

. Finale:
France bat Autriche 2-2 (au temps)
Anna Fenninger (AUT) bat Tessa Worley (FRA)
Cyprien Richard (FRA) bat Philipp Schörghofer (AUT)
Anémone Marmottan (FRA) bat Michaela Kirchgasser (AUT)
Romed Baumann (AUT) bat Thomas Fanara (FRA)

. Match pour la 3e place:
Suède bat Italie 4-0

Demi-finales:
Autriche bat Italie 4-0

France bat Suède 2 à 2 (au temps)
Anja Pärson (SWE) bat Taïna Barioz (FRA)
Thomas Fanara (FRA) bat Matts Olsson (SWE)
Maria Pietilae-Holmner (SWE) bat Tessa Worley (FRA)
Cyprien Richard (FRA) bat Hans Olsson (SWE)

. Quarts de finale:
Autriche bat Croatie 2 à 2 (au temps)

Italie bat Etats-Unis 3 à 1

France bat Allemagne 2 à 2 (au temps)
Lena Dürr (GER) bat Taïna Barioz (FRA)
Thomas Fanara (FRA) bat Fritz Dopfer (GER, chute)
Tessa Worley (FRA) bat Veronique Hronek (GER)
Felix Neureuther (GER) bat Cyprien Richard (FRA)

Suède bat Suisse 4 à 0

NB: en cas d'égalité au score, les équipes sont départagées par l'addition de leurs meilleurs chronos feminin et masculin.