Anaïs Bescond et Marie Dorin Habert heureuse à Oslo Mondiaux 2016
Anäis Bescond (à gauche), héroïque pour ramener son équipe aux avant-postes, et Marie Dorin Habert, qui a fini le boulot, ont été encore une fois incroyables pour apporter une médaille d'argent au relais féminin. | HENDRIK SCHMIDT / DPA

Mondiaux d'Oslo : la Norvège triomphe sur le relais féminin, la France vice-championne du monde

Publié le , modifié le

Quelle course mémorable encore une fois ! Devant plus de 25 000 spectateurs norvégiens déchaînés, l'équipe de France, composée de Justine Braisaz, Anaïs Bescond, Anäis Chevalier et Marie Dorin-Habert, a apporté une neuvième médaille, l'argent cette fois-ci, en huit courses à la délégation tricolore. Magnifique tout simplement tant ce fut difficile pour des françaises héroïques, à plus d'une minute des premières après le premier relais, qui terminent finalement à 5''3 de la Norvège. L'Allemagne a pris la troisième place à 28''6.

Décidément, les dieux du biathlon sont français. Si l'or ne viendra pas décorer le cou des quatre françaises, cette médaille d'argent remportée sur le relais féminin vaut presque tout l'or du monde. Pour cause ? Suite à un premier relais complètement raté de la jeune Justine Braisaz (19 ans), auteur de cinq fautes lors des deux tirs, les Bleues s'élançaient pour le deuxième avec plus d'une minute de retard sur la tête de course... C'est à partir de là que tout s'est emballé, dans le bon sens, pour la France.

Bescond, le retour fantastique 

Sans doute emportée par la pression, la très jeune Justine Braisaz n'avait clairement pas mis ses trois coéquipières suivantes dans les meilleures dispositions... Pourtant, ces dernières n'ont absolument pas rechigné. Elles y ont cru jusqu'au bout et ont finalement permis de vivre encore un grand moment. Tout avait alors commencé par le relais exceptionnel d'Anaïs Bescond. Très rapide sur les skis et surtout imparable aux tirs (sans faute aux deux tirs), la Française a ramené les Bleues à moins de 9 secondes des premières lorsqu'il a fallu taper la main à Anaïs Chevalier. Autant dire que tout était relancé après cette course surréaliste de Bescond.

Chevalier ne s'est alors pas prise la tête non plus. Presque impeccable aux tirs (une faute), l'Iséroise a permis de rester au contact tout le long pour finalement laisser la décision à la meilleure du Mondial jusqu'ici, Marie Dorin-Habert. Celle qui avait déjà remporté quatre médailles lors de ces mondiaux d'Oslo n'a pas déçu. En effet, si la norvégienne Marte Oslbu (4 fautes) a résisté comme elle a pu pour finalement lever les bras, Dorin avait tout donné pour tenter de la rattraper. Ses attaques incessantes auront finalement eu raison de l'Allemagne et Lara Dahlmeier pour filer vers une médaille d'argent magnifique.

Bref, avec 9 médailles au compteur, la délégation tricolore poursuit sa moisson. Désormais, cap vers les messieurs et le relais 4x7,5km demain après-midi (15h30) où Martin Fourcade and co devront répondre à la belle performance de leurs homologues féminines...