Martin Fourcade
Martin Fourcade sous la neige de Ruhpolding | Christof STACHE / AFP

Martin Fourcade: "Trois victoires d'avance au général"

Publié le , modifié le

Deuxième de la mass-start ce samedi, Martin Fourcade a achevé de belle manière ses deux semaines en Allemagne. Plus que jamais leader de la Coupe du monde, le double champion olympique aborde sereinement la suite de la saison.

Comment jugez-vous ces deux weekends à Ruhpolding ?

Martin Fourcade: "Je suis dans une dynamique de confiance et j’ai pu vaincre les conditions pièges qu’on a eu sur les deux weekends, notamment sur la première mass-start, sur l’individuelle et aujourd’hui (samedi). Évidemment, on peut aussi toujours en vouloir plus mais ce que je vois, c’est que j’ai 187 points d’avance au classement général de la Coupe du monde, soit plus de trois victoires. J’ai pris énormément de plaisir à Ruhpolding dans une ambiance fantastique. J’ai rarement vu autant de monde là-bas. Aujourd’hui, les conditions, la neige et la nuit qui tombaient, ont, en plus, apporté une atmosphère différente à l’ensemble."

Finalement, le seul regret c’est le tir…

M.F.​: "Le regret c’est le tir mais aussi d’avoir faire la dameuse en étant devant toute la journée. J’avais regardé la course de Marie (Dorin-Habert) et j’étais très fier d’elle, de la course qu’elle avait faite en prenant ses responsabilités. C’est comme ça qu’on prouve qu’on peut jouer un classement général. Je voulais faire pareil, j’ai eu un peu plus de réussite (Marie Dorin a fini 9e après quatre fautes sur le dernier tir) qu’elle. Donc oui, il y a le regret de ce dernier tir mais si on regarde sur le mois de janvier, j’ai une moyenne de 95%, j’enchaîne les beaux tirs donc aujourd’hui c’est anecdotique finalement. Je m’installe un peu trop vite et la carabine n’est pas posée comme d’habitude sur mon épaule, ce qui me perturbe un peu. C’est une erreur un peu bête mais comme toutes les erreurs que l’on fait finalement."

Comment va se passer la suite à Antholz puis aux Etats-Unis ?

M.F.: "Il est prévu que je ne fasse pas le relais à Antholz-Anterselva. C’était le deal, maintenant il faut voir comment va le dos de Jean-Guillaume Béatrix. Ceci me donnera un jour de préparation et de récupération supplémentaire avant le séjour américain (à Canmore au Canada du 3 au 7 février puis à Presque Isle aux Etats-Unis du 11 au 14 février). Pour Antholz, je suis assez confiant, c’est un site que j’aime bien, sur lequel j’ai des bons souvenirs. Pour les Etats-Unis, j’ai fait un stage à plus de 2 000m d’altitude pour me préparer. La troisième semaine (de suite) n’est pas toujours celle qui me réussit le mieux mais j’y crois, j’ai beaucoup d’envie. Et puis, je suis serein puisque quoiqu’il arrive, même dans une configuration catastrophique, je sais que j’irai aux Etats-Unis avec le dossard jaune sur le dos."