Martin Fourcade Biathlon
Le biathlète français Martin Fourcade | SIPA - VIDAR RUUD

Martin Fourcade, du repos avant l'heure du fond

Publié le , modifié le

Tout au long de la saison de biathlon qui débute fin novembre en Norvège, Francetv Sport va suivre Martin Fourcade dans sa préparation et en compétition. Avant son baptême en Coupe du monde de ski de fond ce week-end en Finlande à Ruka, Fourcade est fatigué et pas forcément content de lui. Un mot d’ordre, le repos pour bien figurer sur le 10km samedi.

Martin Fourcade va savoir. Savoir si son pari de s’aligner sur une épreuve de Coupe du monde de ski de fond était un désir d’enfant trop grand pour lui ou un défi à sa hauteur. Ce week-end en Finlande, à Ruka, il va se mesurer au gratin du fond. S’il a beau assuré qu’il n’a "aucun objectif" sur le fond et qu’il était guidé par sa seule soif de découverte, le compétiteur n’est pas loin et samedi lors du 10km, il voudra faire plus que bonne figure. Douzième lors de la qualification à Beitostolen (Norvège) à la mi-novembre, Fourcade n’avait pas goûté ce premier test uniquement sur les skis. "Je suis déçu. Il y a un bon début de course. Je suis encore quatrième aux deux tiers de la course et la fin est plus compliquée. J’ai manqué de réserve", nous avait-il déclaré après la course. Pour se rassurer et pour continuer sa préparation, Fourcade était à Sjusjoen pour participer au sprint du biathlon. Mais là encore, le test n’a pas été concluant puisque un tir manqué l’a plombé et l’a fait tomber au pied du podium. La principale explication ? La fatigue tout simplement. Son voyage en Norvège pour se préparer, les déplacements en voiture dans le pays, les changements de plan et les trajets qui s’accumulent en raison des conditions météorologiques capricieuses n’ont pas aidé à la récupération. Fourcade paye aussi le contrecoup de la naissance de sa fille. Tout ça fait que le double champion olympique est "fatigué" avant la première course de Coupe du monde de sa saison.

Du repos

"J’avais des sensations moyennes ces dernières semaines. Je vais plus me reposer car je suis un peu fatigué. Je devais m’entraîner ce matin (mardi, ndlr) mais je ne l’ai pas fait finalement". Ce mardi, il devait faire un chrono solitaire de 10 km comme celui de samedi prochain. Il a préféré annulé pour reposer son corps beaucoup mis à contribution alors que la saison de biathlon n’a pas encore débuté. "C’est une stratégie à quitte ou double. Je vais me reposer jusqu’à vendredi, jour du sprint classique auquel je suis obligé de participer mais où je n’ai vraiment aucun objectif. La seule course qui m’intéresse est celle de samedi". Pendant qu’il s’écharpera avec Maurice Manificat, Robin Duvillard et les autres, la saison de biathlon reprendra à quelques centaines de kilomètres de là. A Östersund (Suède), lieu de la première étape de Coupe du monde de biathlon. Samedi se déroulera le relais mixte dans lequel il a laissé sa place. "Je me suis mis un mot d’excuse dans mon carnet, rigole-t-il. J’ai été dispensé. Les coachs ont très bien compris ma volonté. La DTN, qui est la même pour le fond et le biathlon, était contente de ce choix. En plus ça laisse une place dans le relais pour un autre".

Pas d’inquiétude

Quatre jours après Ruka, Fourcade se replongera dans sa routine, celle où il excelle, le biathlon. A Östersund, l’individuelle l’attend. Son état de forme ne l’inquiète pas forcément à l’heure d’attaquer cette nouvelle saison où encore une fois, son ambition et ses objectifs seront forcément importants. "Je veux jouer les premiers rôles, le général en Coupe du monde et les médailles aux Mondiaux à Oslo – mars prochain -, mais je ne m’inquiète pas sur mon niveau global de performance". Serein, le quadruple vainqueur du gros globe sait qu’il sera présent et qu’il faudra lutter encore et toujours avec les mêmes : "les deux frères Boe (Johannes et Tarjei, ndlr), Anton Shipulin, Jakov Fak, Emil Svendsen…". La routine, sa routine. Preuve ultime que la saison va enfin débuter, sa femme et sa fille, Manon, sont rentrées en France. "Ce mode de vie était un peu spécial pendant deux mois, avoue-t-il. Ma fille ne s’est pas beaucoup plainte (sourire), mais on était content de partager ces moments-là. Le congé maternité de ma compagne va se finir, elle va reprendre le travail". Comme lui.