martin fourcade marie dorin-habert
Martin Fourcade, Quentin Fillon-Maillet, Marie Dorin-Habert et Anais Bescond avec leur médaille d'or du relais mixte aux Championnats du monde de biathlon. | HENDRIK SCHMIDT / DPA

Marie Dorin-Habert et Martin Fourcade, couple royal du biathlon

Publié le , modifié le

Martin Fourcade, quatre médailles d'or et une d'argent, et Marie Dorin-Habert, trois médailles d'or, deux d'argent et une de bronze, ont dominé les championnats du monde de biathlon. Ils ont été les fers de lance de l'équipe de France de biathlon, auteur de la meilleure performance de son histoire aux Mondiaux.

Dix médailles à eux deux, dont six du plus beau métal : l’or. Martin Fourcade et Marie Dorin-Habert ont outrageusement dominé ces derniers championnats du monde de biathlon à Oslo. L’équipe de France de biathlon repart avec onze médailles, égalant le record de la Norvège en 2013 et de l’Allemagne en 2007. Mais les Norvégiens ont à leur avantage un plus grand nombre de breloques dorées : huit, contre six pour les Français. Martin Fourcade et Marie Dorin-Habert ont été les locomotives du train bleu. Ils se sont adjugés cinq des sept titres individuels en jeu. L’individuelle, le sprint et la poursuite pour Martin Fourcade. L’individuelle et la mass start pour Marie Dorin-Habert. La continuation d'un "âge d’or" du biathlon français selon l’entraîneur de l’équipe de France Stéphane Bouthiaux. "On enchaîne les excellents résultats depuis cinq ans", a-t-il expliqué à l’AFP. "Derrière cette génération-là, il y aura forcément un trou. Mais le biathlon français a toujours su repartir et il repartira."

Marie Dorin-Habert, médaillée d’office

Six courses, six médailles. Marie Dorin-Habert a réussi l’exploit de terminer chacune de ses épreuves sur le podium. Aux courses citées plus haut s’ajoutent une médaille d’or en relais mixte, deux médailles d’argent en sprint et relais féminin et une médaille de bronze sur la poursuite. Seule la Norvégienne Tora Berger, aux Mondiaux 2013, avait déjà réussi une telle performance. "Toutes ces médailles, ça me fait ressembler à une vache", a-t-elle plaisanté. Six ans après son éclosion aux Jeux Olympiques de Vancouver et sa médaille de bronze sur le sprint, Marie Dorin-Habert a enfin fait son trou au plus haut niveau. Une longue attente due en partie à un manque de confiance dans ses capacités qui se traduisait régulièrement par des défaillances sur le pas de tir. Son double titre mondial en 2015 en Finlande, seulement six mois après la naissance de sa fille, marque son retour au premier plan. Aujourd’hui à 29 ans, Dorin-Habert est toujours en course pour remporter sa première Coupe du monde de biathlon. Elle possède 69 points de retard sur la Tchèque Gabriela Soukalova (34 si l'on prend le classement pondéré de ses deux plus mauvais résultats de la saison). Tout se jouera du 17 au 20 mars lors des trois dernières épreuves à Khanty-Mansiisk en Russie.

Marie Dorin-Habert avec sa moisson de médailles.
Marie Dorin-Habert avec sa moisson de médailles.

Martin Fourcade, si près du Grand Chelem

Comment parler de regrets lorsque Martin Fourcade quitte Oslo avec quatre médailles d’or et une d’argent, performance inédite ? Mais le cannibale du biathlon mondial (10 titres mondiaux, 2 titres olympiques) a caressé du doigt un exploit encore plus grand : le Grand Chelem. Après quatre titres sur ses quatre premières épreuves, le parcours parfait semblait se dessiner sous les skis de Martin Fourcade. Mais la neuvième place du relais masculin a mis fin au rêve. Une course particulièrement frustrante comme il l’a expliqué au journal L’Equipe : "Plus que le résultat, c’est surtout la grande frustration de ne pas pouvoir s’exprimer qui m’a énervé, le fait de sentir que je n’allais servir à rien dans ce relais." Physiquement, Martin Fourcade accuse le coup. Le lendemain, alors que le quatre sur quatre dans les courses individuelles est encore jouable, les jambes sont trop lourdes pour résister à Johannes Boe. Décroché peu avant le dernier virage, il n’a pu qu’assister au sacre du Norvégien. Rendez-vous l’année prochaine, à Hochfilzen en Autriche.

Hugo Monier @hgo_mon

Biathlon