Vincenz Kriegs-Au, porte-parole de la police autrichienne
Vincenz Kriegs-Au, porte-parole de la police fédérale autrichienne, lors de la conférence de presse annonçant une descente de police dans l'hôtel où logent les biathlètes du Kazakhstan lors des Mondiaux-2017 | AFP - APA - BARBARA GINDL

L'hôtel des biathlètes kazakhs perquisitionné en marge des Mondiaux en Autriche

Publié le , modifié le

A la veille de l'ouverture des championnats du monde de biathlon à Hochfilzen en Autriche, une descente de police a eu lieu, mercredi soir, dans l'hôtel où réside la délégation du Kazakhstan. Des "produits médicaux" y ont été saisis, a annoncé la police autrichienne lors d'une conférence de presse. Cette opération intervient alors que la Fédération internationale de biathlon a été mise sous pression par de nombreux athlètes, notamment Martin Fourcade, pour être plus sévère avec les dopés. Plusieurs cas, notamment de Russes, avaient été révélés par le rapport McLaren sur le dopage institutionnalisé en Russie.

Selon le porte-parole de la police autrichienne, de nombreux produits médicaux, des médicaments et des téléphones portables ont été saisis par les forces de l'ordre. Trente fonctionnaires sont intervenus mercredi soir dans l'hôtel où loge la délégation kazakhe. Les autorités autrichiennes auraient été mises sur la piste à la suite d'une saisie dans le courant du mois de janvier.

Plusieurs minibus suspects avaient ainsi été arrêtés, suite au signalement d'un particulier, dans une station essence du Tyrol. A l'intérieur d'un énorme carton, une quantité considérable de matériel médical jetable (seringues, ampoules...), des notes manuscrites pouvant laisser supposer une pratique dopante.. En outre, d'autres éléments liaient ce transport à la tenue des championnats du monde de biathlon, qui débutent aujourd'hui, puisqu'il u avait diverses accréditations. Les produits médicaux et les médicaments ont été remis à un organisme de contrôle de l'Agence antidopage autrichienne (NADA), dont les experts ont conclu qu'ils appartenaient à l'équipe kazakhe. Le parquet d'Innsbruck a dans la foulée délivré un mandat de perquisition qui a abouti à la descente de police de mercredi soir.

Dans un contexte de durcissement des sanctions

La Fédération internationale (IBU) a de son côté précisé que les biathlètes kazakhs avaient été soumis à des contrôles antidopages urinaires et sanguins après cette intervention.

Sous la pression des biathlètes, l'IBU a décidé mercredi de créer un groupe de travail afin de modifier et de durcir ses sanctions en cas de dopage. Les trois pistes envisagées sont des durées de suspensions portées à 8 ans, une augmentation des amendes et une réduction du quota des athlètes dans les grandes compétitions pour les pays incriminés. La Russie s'est aussi vu retirer l'organisation des Championnats du monde 2021 de biathlon, initialement prévus à Tyumen, en mesure de rétorsion.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze