Émilien Jacquelin et Quentin Fillon-Maillet.
Le passage de relais entre Émilien Jacquelin et Quentin Fillon-Maillet. | JOE KLAMAR / AFP

Hochfilzen : Les frères Boe portent la Norvège, la France troisième du relais

Publié le , modifié le

Sans Martin Fourcade et Simon Desthieux, mais avec Antonin Guigonnat et Fabien Claude, le relais masculin français termine troisième à Hochfilzen. Les Bleus ont vu la Norvège fondre sur eux grâce au deux relais incroyables des frères Boe, Tarjei et Johannes. Les Norvégiens ont donc grillé la politesse à l'Allemagne qui pensait s'envoler vers la victoire. Après Östersund, la Norvège remporte donc son deuxième relais de la saison.

Avec Antonin Guigonnat, en délicatesse sur ce début de saison, et Emilien Jacquelin, lui en revanche en pleine bourre avec son premier podium en carrière décroché samedi sur la poursuite, le relais français était bien parti. Avec chacun un 8/10 au tir, les deux Bleus ont assuré l’essentiel pour lancer Fabien Claude en deuxième position derrière l’Allemagne. Car pendant ce temps-là il fallait regarder derrière pour trouver les favoris norvégiens plombés par le relais de Bjoentegaard. Le deuxième relayeur scandinave s’en allait tourner une fois sur l’anneau de pénalité et obligeait les deux frères Boe à revenir sur la tête de course pour jouer le podium.

L'incroyable remontée des frères Boe 

Mais après un premier sans faute sur le tir couché, Fabien Claude a craqué sur son debout et s'est retrouvé contraint de faire, lui aussi, un tour de pénalité. Car si devant l’Allemagne s’envolait avec Arnd Peiffer et Benedict Doll, Tarjei Boe était déjà sur les talons du relais français pour une fin de course complètement folle. 

Parti à la chasse du podium, et à 54 secondes de la tête de course, Tarjei Boe a réalisé un relais parfait. 10/10 devant les cibles, une glisse parfaite pour grappiller dix secondes et remonter à la deuxième place devant la France et le Canada. Idéal pour lancer la tornade Johannes Boe. Derrière, Quentin Fillon Maillet s'est retrouvé avec la responsabilité de revenir sur le podium. Sur son tir couché, le Français est reparti dans les skis du Canadien. Plus fort, il a tranquillement assuré la troisième place mais l'écart était trop important pour revenir sur l'Allemagne et la Norvège.

Benedict Doll filait alors tranquillement vers la victoire, mais Johannes Boe en décidait autrement malgré ses 36 secondes de retard à la sortie du tir couché. Pour le dernier exercice face aux cibles, l'Allemand n'avait plus qu'une balle à rentrer au moment où le Norvégien se plaçait sur sa gauche. Résultat, alors que tout allait bien, Doll piochait une fois et repartait avec 13 secondes d'avances. Juste assez pour Boe qui est revenu sur lui à pleine vitesse dans les derniers mètres pour le coiffer dans la ligne droite finale.

Biathlon