Martin Fourcade
Le biathlète français Martin Fourcade | AFP - CHRISTOF STACHE

Fourcade : "serrer les dents puis se reposer"

Publié le , modifié le

Martin Fourcade a terminé 25e du sprint à Antholz ce jeudi. Un nouveau camouflet pour le double champion olympique après ses 26e et 21e places à Ruhpolding. S'il collectionne les mauvais résultats, il ne s'inquiète pas encore. Moins bien sur les skis et usé physiquement, il attend des jours meilleurs. Mais si cette série noire devait durer, il serait temps de tirer la sonnette d'alarme.

Comment expliquer cette série de revers ?
Martin Fourcade
: "Les sensations sur les skis sont mauvaises  depuis Oberhof (vainqueur de la mass start le 11 janvier), lors du voyage le lendemain je ne me sentais déjà pas bien. Stéphane (Bouthiaux, l'entraîneur) pense comme moi que quelque chose n'est pas normal à la vue des résultats, qu'il faut changer quelque chose. Il voulait que je ne fasse pas la poursuite samedi mais moi j'ai envie  de la faire car le classement général m'intéresse. Il va falloir serrer les  dents sur la poursuite puis se reposer, faire quelque chose de radical. Mais je ne ferai pas le relais dimanche".

Pensez-vous que c'est lié à votre mononuéclose contractée l'été dernier et prévoyez-vous des tests sanguins ?
M F
: "Mononucléose, un virus, une baisse de forme: je n'en ai aucune idée. C'est compliqué à analyser. On va faire tous les tests qui sont à notre disposition. Si j'ai attrapé un virus à la fin d'Oberhof, on aura une indication".

Êtes-vous touché moralement et inquiet pour la suite de la saison avec les Mondiaux début mars en Finlande ?
M F
: "Oui car je sens que je n'ai pas les moyens de me battre au niveau de mes ambitions, cela fait 3 courses où je n'y suis pas du tout. Et non car  j'espère retrouver ma fraicheur et jouer les premiers rôles durant la suite de  la saison. Je ne suis pas inquiet mais ce n'est pas agréable de prendre des  taules. Le plaisir est difficile à trouver. Je serai inquiet si ça continue comme ça..."

AFP