Martin Fourcade
Martin Fourcade | ALBERTO PIZZOLI / AFP

Fourcade: "Certainement pas une victoire au rabais"

Publié le , modifié le

"Il n'y a vraiment aucune amertume, ce n'est pas comme si j'avais gagné une course au rabais", a affirmé Martin Fourcade après avoir décroché enfin une médaille d'or sur le 20 km individuel en l'absence du Norvégien Emil Hegle Svendsen (forfait), jeudi à Nove Mesto.

Cette victoire a semblé vous ravir ?
MF: "Bien sur que j'étais heureux, je l'attendais cette médaille d'or!  J'étais venu pour ça. C'est beaucoup de travail durant toute l'année. On pense  à ça dans ces moments-là. Sur le podium, je regardais l'équipe qui chantait la  Marseillaise et c'était sympa. Je vis pour ces moments-là. J'étais comme un  gamin parce que c'était aussi un rêve de gamin. Depuis l'an dernier, je m'étais  mis pour objectif les Championnats du monde pour essayer d'aborder les Jeux  l'an prochain dans un bel état d'esprit. C'est une bonne chose d'y être arrivé.  D'autant plus content d'être allé chercher l'or".
   
N'y a-t-il pas une petite frustration de ne pas avoir battu Svendsen ?
"Franchement non ! Forcément c'est quelque chose qui plaît  médiatiquement. Emil m'a fait un cadeau et je l'ai pris. Et puis aujourd'hui  j'aurais été devant. Je ne me pose même pas la question. Emil ne se sentait  peut-être pas bien. Il a peut-être fait une erreur à un moment. Et l'erreur ça  fait partie du jeu. C'est sûr qu'on aurait aimé ce duel et qu'on l'aura sur la  mass-start ce week-end. Il n'y a vraiment aucune amertume. Ce n'est pas comme  si j'avais gagné une course au rabais".
   
Pensiez-vous à cette médaille depuis la fin des Mondiaux-2012 ?
"Depuis la fin de la Coupe du monde l'an dernier, je m'étais focalisé  sur l'objectif de l'or. C'est un excellent entraînement. A part les Jeux de  Vancouver, c'est la première fois qu'il y a un événement comme ça en février.  Ruhpolding c'était en mars. Moi je voulais me mettre en configuration JO cette  année pour répéter les gammes. Et c'est une course de nuit comme ce le sera  l'an prochain".
   
N'était-ce pas une grosse pression d'annoncer en arrivant que vous  visiez l'or ?
"J'ai toujours du doute avant d'entamer la compétition. Et ce sont les  résultats qui me permettent de voir où j'en suis. Mais pour moi, c'est aussi un  non sens, dans ma position, de dire que je viens pour trois médailles de bronze  ou de faire dans les 10 premiers. L'annoncer, c'est se mettre une pression  supplémentaire mais je suis le premier à me la mettre tous les jours à  l'entraînement. Je sais pourquoi je fais ça. Et finalement, ça ne me pèse pas  plus que ça de le dire".
   
Cette victoire aura-telle une influence sur le relais et la mass start ?
"Non, parce qu'on va aller la chercher pour les copains. Il y a aussi le  général de la Coupe du monde et la mass start à défendre. Ca va être compliqué.  Il va y avoir un petit coup de mou, j'en suis conscient. J'ai eu trois  médailles d'argent et maintenant l'or. Forcément, le corps aura envie de se  relâcher. Mais l'encadrement sera là pour m'aider".
   
Et la place de votre frère Simon (6e) ?
"Je suis content bien sûr, ce serait difficile d'en être autrement.  C'est super pour lui en vue des Jeux l'an prochain. Il se remet dans un état de  confiance positif".

 

Vidéo : Fourcade heureux après son titre mondial

Voir la video-->Voir la video

AFP