Martin Fourcade
Martin Fourcade | JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Fourcade: "Ce n'est pas qu'une revanche"

Publié le , modifié le

Martin Fourcade ne sera pas animé de l'esprit de revanche, sur la défaite sur le fil en poursuite dimanche, mais déterminé à remporter enfin le 15 km individuel jeudi, lors des Mondiaux-2013, a-t-il déclaré mardi à Nove Mesto. Le déjà triple médaillé d'argent des Mondiaux-2013 a ajouté s'attendre jeudi à une course "très ouverte" en raison de l'importance du tir.

Q: Avez-vous repensé à la poursuite perdue aux centimètres contre le  Norvégien Emil Svendsen?
R: "Bien sûr que j'y ai repensé. Je suis toujours aussi déçu que le jour de  la course. Ce n'est pas humain de ne pas repenser à ça! C'était très fort!  C'est la physionomie de la course qui veut ça. Avec un retour, un sprint mené,  passé au dernier moment, avec les 2 cm... C'est tout ça qui fait que je suis  obligé d'y repenser et que j'y repenserai encore longtemps. Mais je suis  persuadé que ça n'influe pas sur l'individuel."

Q: Est-la plus grande déception de votre carrière cette défaite pour 2,4 cm?
R: "La plus grande déception c'est une course qui ne finit pas par une  médaille d'argent. Sandrine Bailly (ancienne médaillée olympique et mondiale,  ndlr) m'a envoyé un message hier (lundi): +Qui ne sait pas savourer l'argent ne  mérite pas l'or.+ C'est aussi un peu vrai. J'aurais un autre palmarès si ma  plus grande déception était une médaille d'argent. Par contre, c'est un des  moments les plus cruels mais dans le sens positif du terme. Ma plus grande  frustration reste le sprint des JO de Vancouver (35e). Jusqu'à Sotchi du moins!"

Q: L'heure de la revanche a-t-elle sonné?
R: "Ce n'est pas qu'une revanche contre Emil (Svendsen). Ce le sera  peut-être plus sur la mass-start (dimanche) ou le relais (samedi) où on risque  de se retrouver dans des duels contre Emil. Comme le disait Simon (son frère  aîné, ndlr), tout est ouvert sur l'individuel. L'an dernier, je domine les  Mondiaux et je finis 26e sur l'individuel. C'est la preuve que c'est une course  ouverte et qu'Emil n'est pas à l'abri de cela et moi non plus d'ailleurs. Si  c'est encore un duel Fourcade-Svendsen, il y aura une grosse part de chance et  de réussite au-delà de notre niveau actuel."
   
Q: Une revanche sur le sort alors?
R: "Tout le monde dit que l'anecdote serait encore plus belle si après  avoir failli gagner le titre je le gagnais. Je suis aussi dans cet état  d'esprit-là. Ce qui s'est passé la première semaine est oubliée. J'ai vraiment  envie de performer et d'avoir cette médaille sur la course qui me résiste en  grands championnats."
   
Q: Préparez-vous cette course d'une façon particulière?
R: "Non, je l'aborde comme les autres. J'essaye de laisser parler le  naturel sans trop changer les choses. J'ai mes petits rituels de course. Je  fais du biathlon depuis l'age de 10 ans. Je sais comment marche. Je tire tous  les jours et du coup c'est partie de mon ADN. Je veux le laisser s'exprimer  librement sans trop lui dicter ce qu'il a à faire. J'essaye de faire ça sur  toutes les courses même s'il y a beaucoup de préparation en amont pour arriver  à exprimer ça."

AFP