Disciplines regroupées, nouvelles épreuves... L'article pour tout comprendre des mondiaux de ski nordique d'Oberstdorf

Publié le , modifié le

Auteur·e : Coralie Salle
Tout est prêt à Oberstdorf pour accueillir les mondiaux.
Tout est prêt à Oberstdorf pour accueillir les mondiaux. | FRANK HOERMANN / SVEN SIMON / SVEN SIMON / DPA PICTURE-ALLIANCE VIA AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les championnats du monde de ski nordique d’Oberstdorf en Allemagne ont lieu du 24 février au 7 mars 2021. Entre les nouvelles épreuves pour les femmes et les chances de médailles françaises, voici tout ce que vous devez savoir sur cette compétition, diffusée sur France.tv.

• Trois disciplines regroupées lors d’une même compétition

Peu médiatisé en France, le ski nordique est pourtant un sport majeur dans les pays scandinaves. Lors de ces championnats du monde, trois disciplines seront au programme : la première, le ski de fond, regroupe des distances diverses, de la plus courte, comme le sprint (un peu plus d'un kilomètre) à la plus longue, une course de 50km. Chaque nation se retrouve ensuite lors du relais pour défendre ses couleurs.

La deuxième, le saut à ski, est sans doute l’épreuve la plus spectaculaire : les athlètes qui pratiquent cette discipline doivent descendre une pente avant de s'envoler à l'aide d'un tremplin (ici à Oberstdorf, de 106 mètres ou de 137 mètres), pour aller le plus loin possible. Cependant, l'esthétisme est aussi pris en compte. Pour engranger des points, les concurrents sont obligés d'atterrir de la meilleure manière possible. Pour ce faire, ils doivent rester stables dans les airs et doivent rejoindre la terre ferme en télémark, c'est-à-dire un pied devant l'autre, en gardant les skis parallèles et le buste droit.

La troisième discipline se nomme le combiné nordique. Grand moment pour les passionnés de glisse, puisque les participants se soumettent à une épreuve de saut à ski et de ski de fond, pour être départagés. 

• Des nouvelles épreuves pour les femmes

C’est la nouveauté de ces championnats du monde. À Oberstdorf en Allemagne, les femmes vont pouvoir s'envoler sur le grand tremplin dans la discipline du saut à ski. Une décision adoptée par les organisateurs du Mondial, qui enchante la sauteuse de ski allemande, Katharina Althaus, comme elle l’explique sur le site officiel de la FIS : "Ces mondiaux seront inoubliables. Nous allons sauter du grand tremplin pour la première fois et allons profiter de l'atmosphère incroyable d'Oberstdorf. J'ai vraiment hâte. Le niveau de performance de nos mondiaux est assez bon donc le temps est venu d’avoir également une Coupe du monde féminine sur grande piste."

Aussi, pour la première fois, les dames vont pouvoir concourir sur l’épreuve du combiné, avec une course de 10km en ski de fond et un saut, sur le petit tremplin. Le combiné nordique, qui était le dernier sport olympique non-mixte, est donc en train de se moderniser, quelques mois après avoir débuté sa première saison de Coupe du monde. 

à voir aussi Première Coupe du monde féminine de combiné nordique, un grand pas vers l'égalité Première Coupe du monde féminine de combiné nordique, un grand pas vers l'égalité

• Des championnats du monde à huis clos

En raison de la crise sanitaire due à la Covid-19, les championnats du monde de ski nordique n’accueilleront pas de public, malgré les propositions des organisateurs. "Nous aurions tous souhaité une décision différente. Comme les fans ne peuvent pas venir à Oberstdorf, nous livrerons les superbes images et émotions des mondiaux directement chez eux", explique Franz Steinle, président de l’Association allemande de ski et du conseil de surveillance d’Oberstdorf 2021. Un coup dur pour la ville bavaroise qui avait réuni près de 305 000 personnes, lors de l'édition 2005.

• Maurice Manificat, meilleure chance française pour gagner une médaille

En ski de fond, trois femmes et huit hommes ont été choisis pour représenter l’équipe de France à Oberstdorf. Parmi eux, la plus grande chance de médailles se nomme Maurice Manificat. Cette saison, le Haut-Savoyard a marqué l’histoire du ski de fond tricolore en terminant deuxième du classement général du Tour de Ski, le 10 janvier dernier. C’est la première fois qu’un Français établissait une telle performance, dans cette discipline.

Cependant, le natif de Sallanches n’a pas repris la compétition depuis cette belle seconde place au sommet de l’Alpe Cermis. En effet, à cause d'une décision sanitaire due à la Covid-19, Maurice Manifat n'a pas pu se rendre à Falun en Suède, pour la Coupe du monde. "J'étais bien en forme en janvier. Là, je ne sais plus où me situer. Pour les mondiaux, la priorité est d'arriver dans un bon état de fraîcheur", explique le fondeur de 34 ans au Dauphiné. "À Oberstdorf, l'objectif, c'est au moins une médaille. Sur le papier, c'est faisable. Mais on ne va pas faire de plans sur la comète.

Après sa troisième place lors de la dernière étape du Tour de ski, Delphine Claudel va, quant à elle, tenter de faire une belle compétition, chez les femmes. L'équipe de France, qui avait récolté une seule médaille de bronze lors des derniers Mondiaux de Seefeld en Autriche, espère certainement faire mieux en Bavière. 

-

Championnats du monde