Ski alpin : c'est quoi un "bon dossard" ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Le Norvégien Aksel Lund Svindal s'est élancé sur le super-G avec le dossard 11
Le Norvégien Aksel Lund Svindal s'est élancé sur le super-G avec le dossard 11 | FRANCOIS XAVIER MARIT / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Véritable enjeu dans le ski alpin international, tirer un "bon dossard" est devenue la discussion des veilles de courses. Concrètement qu'est-ce que ça veut dire ?

Dans les disciplines techniques (géant et slalom), où les skieurs empruntent sensiblement les mêmes trajectoires, l'ordre de départ a son importance. "Le premier part sur un véritable billard", détaille pour l'AFP Steve Missillier

"Le ski se plaque au sol et ne bouge pas, il prend les trajectoires qu'il veut", ajoute le vice-champion olympique de géant en 2014, absent sur blessure des Mondiaux d'Are qui ont débuté mardi en Suède. "Au fur et à mesure des passages, des traces se forment. Si la neige est molle, ça creuse, si c'est de la glace ça fait des vaguelettes. Alors on dit que ça tape (lorsque les skis multiplient les petits rebonds sur les ralentis à la télévision), tout est plus compliqué." poursuit-il.

Pour définir l'ordre de passage, les sept meilleurs mondiaux, selon une sorte de classement ATP du ski sur l'année écoulée, ont le privilège de tirer au sort les meilleurs dossards, de 1 à 7. Les skieurs classés de 8 à 15 tirent au sort les 8 dossards suivants, puis les autres partent petit à petit selon leur niveau.

"Le dossard ne fait pas tout"

Attention, la piste ne se dégrade pas toujours de façon continue. "À un moment la première croûte de neige peut casser, puis au fur et à mesure des passages s'arrondir de nouveau, donc ça redevient plus simple pour quelques dossards", explique Missillier. Un bon dossard aide à avoir une bonne piste, même si cela relève parfois de la superstition, ou de façon plus rationnelle d'aide mentale. "Partir devant, avec un bon dossard, dans la tête ça met plus dans l'ambiance", reconnaît la Française Clara Direz

"Mais le dossard ne fait pas tout. En Coupe du monde les pistes sont toujours bien préparées. A Killington (Etats-Unis) fin novembre, c'était incroyable. Si j'étais partie avec le dossard 1 ça aurait été pareil (elle avait le N. 56)", poursuit la skieuse.

Sur les disciplines de vitesse (super-G et descente) les dossards sont un peu moins importants, la piste étant moins dégradée par le passage des skieurs. Les dix meilleurs choisissent un nombre impair entre 1 et 19, puis les dix suivants sont tirés au sort sur les numéros pairs entre 2 et 20.

AFP