Kjetil Jansrud transperce le brouillard et la neige suédoise
Kjetil Jansrud transperce le brouillard et la neige suédoise | Jonathan NACKSTRAND / AFP

Jansrud beau champion pour une drôle de descente

Publié le , modifié le

Disputée dans des conditions météorologiques à la limite sur une piste raccourcie de 400 mètres, la descente des Mondiaux de ski alpin a souri aux Norvégiens. L’or pour Kjetil Jansrud et l’argent pour le vétéran Aksel Lund Svindal (+0"02) qui tire sa révérence avec un ultime podium mondial. L’Autrichien Vincent Kriechmayr (+0"33) décroche la médaille de bronze.

Beaucoup ne voulait pas y aller. Pas comme ça en plein brouillard sous la neige balayée par le vent. Une drôle de course avec un coup de poker tenté par Hannes Reichelt, dossard N.1 mais qui avait choisi de partir en …45e position. Coup manqué malgré un bon départ et 29e place finale. Premier à s’élancer sur une piste sans trace et accrocheuse, Adrien Théaux lui ne décolérait pas alors qu'il finissait 15e et meilleur français. « C’est scandaleux, pestait-il. Ceux qui dirigent notre sport se fichent des coureurs. Ce n’est pas réglo. Il a neigé taquet et je n’avais aucune chance. Je me suis donné à fond mais partir devant, ça ne le faisait pas aujourd’hui. »

Dans ce jeu de dupe, il fallait être très costaud pour jouer devant. C’était le cas des Norvégiens, plus à l’aise dans ce genre de conditions. Kjetil Jansrud frappait fort en 1’19’’98. Personne n’allait faire mieux même si Aksel Lund Svindal s’en rapprochait à deux centièmes. Quelle magnifique sortie pour le double champion du monde, nouveau retraité avec une 10e médaille mondiale, et quelle belle ovation offerte par le public suédois à forte coloration rouge et bleu. "J'ai tellement attendu ce moment que j'étais nerveux, j'étais prêt à courir dans n'importe quelles conditionsn raconte Svindal. Je ne voulais pas repousser la course. Il neigeait, mais quand le vent s'est calmé j'ai trouvé que les conditions étaient les mêmes pour tous, et n'étaient pas dangereuses. Cette médaille, c'est plus que ce que j'espérais. Je suis très réaliste."

Grandissime favori depuis ses succès à Kitzbühel et lors du Super G mercredi, Dominik Paris se faisait piéger malgré un premier intermédiaire en vert. La voie était libre pour les Norvégiens. Dans le clan français, derrière Théaux (15e, +1"25), on trouvait Johan Clarey (17e, +1"37) et Brice Roger (19e, +1"40). 30e à 1"92, Maxence Muzaton ferme la marche tricolore.