ATP Rome Gilles Simon 052011
Gilles Simon | AFP - Alberto Pizzoli

Simon prend le dessus sur Chardy

Publié le , modifié le

Gilles Simon a pris le dessus sur son compatriote Jérémy Chardy en quatre sets, 4-6, 6-4, 6-1, 6-4, en 2h38. Les deux hommes, se livrant à des échanges interminables, ont bien failli voir leur rencontre écourtée par la tombée de la nuit. Simon (N.18) affrontera l'Américain Mardy Fish (N.10) en 16e de finale des Internationaux de France.

Considéré comme l'outsider de ce duel, c'est pourtant Chardy qui a empoché la première manche 6-4. S'appuyant sur un coup droit dévastateur, le Palois a pris de vitesse Simon, qui a préféré garder quelques forces pour la suite des opérations.Et le Niçois a sans doute eu raison, car il a remis les pendules à l'heure dans ledeuxième set (6-4), non sans avoir été aidé par une grosse défaillance de Chardy sur son service. Alors qu'il avait l'occasion de revenir à 5-5, le Palois a en effet perdu son service sur un jeu blanc, et une double faute (6-4)...

Sans doute conscient qu'il était passé à côté d'un point crucial, Chardy s'est totalement effondré dans le troisième set. Simon, malgré un très faible premier service (45%), s'est montré plus agressif lors des échanges, et poussé son adversaire à la faute. Nettement moins équilibrée, le score de cette manche est sans appel (6-1), Simon prenant les devants par deux sets à un. Constatant l'heure tardive, les organisateurs commençaient à s'interroger sur la suite à donner à cette rencontre.

Mené 1-2 et 15-0 sur son service, Simon venait même questionner l'arbitre de chaise, pour savoir s'il n'était pas envisageable d'écourter la rencontre. Mais les nuages de l'après-midi s'étant dispersés, la luminosité était suffisante pour poursuivre la bataille. A 2-2, Simon s'offrait deux balles de break et menait alors 3-2, puis 40-0 lorsque sur un coup excentré, Chardy s'est tordu la cheville. S'il a laissé filer ce jeu (4-2), il y a eu plus de peur que de mal pour le Palois. Sous les yeux de Guy Forget, Chardy a refait surface pour recoller à 4-3, puis 4-4.

Sentant que le vent tournait e sa défaveur, Simon insistait auprès des organisateurs pour arrêter les débats. Et paradoxalement, c'est le Niçois qui profitait du manque de luminosité pour breaker à noueau Chardy (5-4), et remporter finalement ce match 4-6, 6-4, 6-1, 6-4 après 2h38 d'une rencontre assez équilibrée comme on pouvait s'y attendre.

Romain Bonte