Maria Sharapova en puissance
La puissance de la Russe Maria Sharapova | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Sharapova : "contente d'être là à nouveau"

Publié le , modifié le

Vainqueur de Kaia Kanepi en deux manches 6-2, 6-3, Maria Sharapova retrouve les demi-finales à Roland-Garros. La Russe est toujours en course pour remporter le seul grand chelem qui manque à son palmarès. Face à Kvitova en demi-finale, elle s'attend à un match "difficile" et espère être au niveau de la Tchèque qu'elle avait battue à Stuttgart cette saison.

Question : Vous êtes à nouveau en demi-finales ici mais Kanepi vous a posé des problèmes ?
Réponse : “Je suis contente d'être là à nouveau, c'est là troisième fois que j'arrive en demi-finales. Même si le match a été très disputé, les tours précédents difficiles, je suis contente de mes améliorations au cours du match. C'est très important parce qu'elle, à chaque fois, c'est une battante, contre les meilleures joueuses du monde notamment. Elle est encore plus motivée à ce moment-là. En effet, ses retours étaient très bons, elle sert très bien aussi, son premier service est très fort, c'est pour ça que c'était assez difficile aujourd'hui.”

Q : Ça va être la troisième fois que vous allez jouer contre Petra Kvitova. Vous vous attendez à un match difficile ?
R : “Oui, elle est très forte comme adversaire. C'est quelqu'un qui a bien réussi déjà depuis quelques matches, à chaque fois c'est difficile. À Stuttgart notamment, c'était en 2 sets, c'était difficile pour moi contre elle. J'ai eu des opportunités de gagner pendant le deuxième set. J'ai l'impression qu'elle joue très bien. Et lorsqu'elle a confiance, lorsqu'elle frappe bien ses balles, elle est dangereuse à jouer. Donc oui, c'est vrai, ça va être un niveau de jeu très élevé. J'espère que j'arriverai aussi à mieux jouer.”

Q : Vous  êtes constante depuis un certain temps. C’est la clé de votre retour au premier plan ?
R : “C'est mon objectif. À chaque tournoi, j'essaie de me préparer le mieux possible, même si c'est un petit événement, un Grand Chelem, c'est ma philosophie. Si vous êtes dans le tournoi, il faut toujours essayer de le gagner. Et il faut que la performance soit la meilleure possible. Il faut s'améliorer tous les jours. Quel que soit le niveau du tournoi ou du match. C'est justement l'énergie que j'ai utilisée  cette année pour jouer et ceci m'a vraiment beaucoup aidée. J'ai l'impression que j'ai monté de niveau, je suis plus positive, je me suis améliorée. Et pendant le tournoi aussi, même si j'ai eu quelques matches un peu mous, j'ai réussi à changer la tendance. Pour l'instant, tout va bien.”

Q : Comment avez-vous travaillé pour mieux vous déplacer sur terre battue ?
R : “C'est vrai, je me suis améliorée côté déplacement mais en général, j'ai amélioré mes déplacements quelle que soit la surface, pas simplement sur la terre battue. Il y a certains mouvements qui sont différents, par exemple la récupération, glisser sur la terre, se récupérer entre les balles. C'est vrai. Mais c'est en général mes déplacements. Et je travaille avec un entraîneur physique japonais qui vient de Floride, qui a été en Australie pendant quelque temps. Maintenant il est revenu aux Etats-Unis, je travaille avec lui hors saison ici et là de temps en temps, je le reverrai après le tournoi à Paris. Ceci m'a aidée, c’est vrai. Il m'a aidée. Je crois qu'en fait, il s'agit d'un effort d'équipe. Il y a aussi ce que je fais moi-même. Si je me pousse à faire les choses, si je crois que ça va marcher, dans ce cas ça marche. Si au contraire vous vous dites "je fais toujours les mêmes choses, c'est agaçant, ça m'ennuie, je ne me pousse pas autant que cela, je ne me mets pas de pression", ça ne vous aide pas.”